La Football Association (FA), la Lawn Tennis Association, l’England and Wales Cricket Board, la Rugby Football League et la Rugby Football Union (RFU) ont signé hier, lundi 14 mars, une Charte visant à créer un environnement LGBT-friendly dans le monde du sport.

Cette Charte fait partie d’un programme pour l’égalité des droits lancé en juin 2010 par le gouvernement britannique. En la signant, voici ce à quoi s’engagent les cinq principales fédérations sportives du pays (auxquelles il faut ajouter le comité organisateur des Jeux olympiques et paralympiques de Londres 2012):

« 1. Nous croyons que chacun devrait pouvoir participer et prendre du plaisir en sport – qui que l’on soit et quel que soit son origine sociale.
2. Nous croyons que l’équité et et l’égalité, le respect et la dignité sont essentiels au sport. Le sport apprend à faire des efforts et à réussir, à gérer le succès et la déception, et réunit les gens autour d’un objectif commun.
3. Nous nous engageons à faire de ces valeurs une réalité pour les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles ou trans’. Nous travaillerons ensemble, et individuellement, pour débarrasser le sport de l’homophobie et de la transphobie.
4. Nous ferons du sport un environnement accueillant pour tous – pour ceux qui y prennent part, ceux qui assistent à des événements sportifs et ceux qui travaillent ou sont bénévoles dans le milieu du sport à tous les niveaux. Nous travaillerons avec chacun de ces groupes pour nous assurer qu’ils puissent se faire entendre, et pour rejeter les comportements inacceptables. »

« En sport, on devrait s’intéresser à ce qu’une personne peut faire, plus qu’à qui elle est, a déclaré Lynne Featherstone, la ministre de l’Égalité. Mais de nombreuses personnes LGBT ont l’impression que le milieu du sport n’est pas un endroit où ils/elles peuvent être eux/elles-mêmes, et que les préjugés et les discriminations sont tels que les discussions tourneront toujours plus autour de leur sexualité que de leur capacité à se servir d’un ballon, d’une batte ou d’une raquette. L’homophobie et la transphobie n’ont pas leur place dans le sport et je suis ravie que tant de fédérations sportives soutiennent notre campagne pour les éliminer à tous les niveaux, du stade municipal aux stades olympiques. »

The Justin Campaign, association qui milite contre l’homophobie dans le foot au Royaume-Uni, a accueilli la nouvelle « avec plaisir » mais attend de voir comment ces engagements se traduiront sur le terrain: « S’il est important que la FA affirme publiquement ses valeurs d’égalité dans le football, la valeur future de la signature de cette charte se verra dans les changements concrets sur et hors du terrain, a souligné Darren Ollerton, le directeur de l’association. Pour The Justin Campaign, des évolutions tangibles doivent découler de ce geste, et nous avons hâte de travailler avec la FA pour faire en sorte que tous les objectifs de cette charte sont atteints. »

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.