Le 3 mars dernier, le Sneg (Syndicat national des entreprises gaies) alertait les médias sur la baisse de sa subvention de prévention 2011, de l’ordre de 14%. Les actions dans plusieurs régions allaient être stoppées selon le Sneg qui s’interrogeait sur ce « désengagement de l’État ».

Hier, le service de presse du ministère de la Santé a répondu aux sollicitations de Yagg et nous a fait parvenir ses réponses pour justifier la baisse des crédits.

TOUTES LES ASSOCIATIONS SONT « IMPACTÉES »
Rappelant que le budget de l’État est très contraint en 2011, compte tenu de la situation de nos finances publiques, le ministère explique tout le monde est à la diète: les établissements publics et les agences, les collectivités locales et les hôpitaux…

Le ministère souligne par ailleurs que toutes les associations œuvrant dans le domaine de la santé sont « impactées », selon trois principes. Le principe d’universalité: « Toutes les associations sont mises à contribution »; le principe d’équité: « On demande davantage d’effort aux associations qui recevaient les subventions les plus importantes et qui ont généralement la possibilité de diversifier leurs sources de financements »; et enfin celui de la préservation: « Nous avons été particulièrement attentifs à ce que ces diminutions ne conduisent à aucune disparition d’association ». Mais pour le Sneg, deux postes de délégués vont être supprimés.

PAS DE DÉSENGAGEMENT DE L’ÉTAT SUR LE SIDA
Selon le ministère, s’agissant des associations luttant dans le champ du VIH/sida, il ne s’agit en aucune façon d’un désengagement « des pouvoirs publics en matière de prévention et de lutte contre le VIH/sida. » Et d’expliquer que d’autres sources de financement (appels à projets, assurance maladie, Fonds national de prévention et d’information santé) leur seront accessibles.

Mais Antonio Alexandre, directeur prévention au Sneg, confirme que sur le terrain, les établissements ne comprennent pas comment ils pourront poursuivre les actions de prévention sans les visites régulières des délégués prévention.

Plusieurs autres associations, contactées par Yagg, ont confirmé que leurs subventions allaient être amputées, à commencer par Aides, le TRT-5, Act Up-Paris ou Sida Info Service. Mais aucune n’a encore fait savoir quelle serait l’ampleur des coupes. Et aucune n’a réagi pour l’instant au communiqué du Sneg.

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.