Sur le terrain, les événements sportifs du week-end, c’est la Coupe Davis et les championnats d’Europe d’athlétisme. Mais la nouvelle de la semaine, c’est encore un coming-out de sportif de haut niveau au Royaume-Uni. À quand celui d’une lesbienne? Ou d’un-e Français-e?

Vert. Espoir. La France mène deux points à zéro contre l’Autriche, dans le premier tour de la Coupe Davis. Un score presque inattendu. L’équipe joue sans ses trois cadors, Jo-Wilfried Tsonga, Gaël Monfils et Richard Gasquet. Pour les remplacer, le capitaine Guy Forget a fait venir des joueurs qui n’ont jamais gagné un match décisif en Coupe Davis, Gilles Simon et Jérémy Chardy. À cela s’est ajouté un drama pur jus, cette semaine. Gilles Simon a expliqué au journal L’Équipe que Guy Forget ne le comprenait pas et qu’il ne fallait pas qu’il lui parle de son jeu (on vous la fait courte).

En fait, la France ne se remet pas complètement de sa finale perdue, en décembre, contre la Serbie, à Belgrade. Beaucoup se disent encore sous le choc. Double aujourd’hui, avec Michaël Llodra et Julien Benneteau, pour éventuellement passer à autre chose.
Samedi à 14h sur France 4 et Sport+
Dimanche à 13h30 sur France 4 et à 15h45 sur Sport +

Bleu. Une équipe qui va bien, c’est celle d’athlétisme qui fait rouler ses muscles ce week-end aux championnats d’Europe en salle, à Bercy. Les Bleu-e-s avaient fait un carton aux championnats d’Europe de Barcelone, en août, réalisant un record de médailles (18). Parmi eux, Christophe Lemaitre, garçon timide, trois fois médaillé d’or, ou encore Myriam Soumaré, gamine un brin exubérante, collectionneuse des trois métaux en Espagne.

Pour la beauté du geste, le perchiste Renaud Lavillénie et encore le tonitruant Teddy Tamgho qui a décidé, outre le triple saut, de tenter le saut en longueur. Là, on est dans le bleu-blanc-rouge: Bercy fait la fête à ses athlètes tout le week-end. La salle parisienne affiche complet.
Tout le week-end sur France Ô, France 2 et France 3

Rainbow. Une star, un entretien, des soutiens. Un sportif de haut-niveau a encore fait son coming-out au Royaume-Uni. Steven Davies est l’une des vedettes de l’équipe de cricket, il a 24 ans, il est gay comme il l’a annoncé dans des entretiens au Telegraph et au Sun. Davies en avait déjà parlé à sa famille, à ses collègues.

Première partie de l’interview du Telegraph:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus (et pour regarder la suite de l’entretien), cliquez sur Steven Davies: England cricketer announces he is gay

Pourquoi c’est important?

  • Parce qu’un sportif de haut-niveau sort encore du placard. Ça va finir par se compter sur les doigts des deux mains et c’est tant mieux. On vous ne la refait pas: plus on est de fous, plus l’ignorance a des chances de reculer.
  • Parce que le sportif en question est encore en activité, qu’il joue, qu’il représente son pays.
  • Parce que l’annonce n’a pas fait un pli. Voilà, c’est dit.
  • Parce que la Grande-Bretagne, décidément, est un pays où l’on a moins peur, tout simplement. Steven Davies fait son coming-out quelques semaines seulement après Graeme Obree, le cycliste écossais, un temps détenteur du record du monde de l’heure. Le joueur de cricket explique aussi qu’il a été inspiré par le coming-out de Gareth Thomas, le rugbyman que l’on ne remerciera jamais assez d’être sorti du placard pour aller militer pour les droits des homos.

Rouge. Elle ne verra pas la terre battue de Roland Garros cette année et les chances de la voir un jour faire un discours de championne en français s’amenuisent. Serena Williams avait annoncé qu’elle faisait tout pour faire son retour à Paris, las, la championne a été victime d’une embolie pulmonaire. Un tour à l’hôpital, un retour à la maison. Désormais, elle ne dit plus quand elle revient, peut-être à l’été, mais ne promet plus rien.

Photos Erik van Leeuwen, Robbie Mendelson, sportinglife.com, DR

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!