Gayfree est l’une des rares associations LGBT dont l’action est nationale à ne pas être installée dans la capitale. Le 9 avril, elle organise une « manifestation LGBT pour l’égalité des droits« , à Paris. Séverine Gautier et Sandy Gauthier, ses fondateurs, ont répondu à nos questions.

Pourquoi organiser une manifestation pour l’égalité des droits maintenant? Pourquoi ne pas l’avoir raccrochée à une date symbolique, comme la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie, ou le mois de juin et ses marches et gay prides? Nous organisons une manifestation pour l’égalité des droits le 9 avril prochain, et non au mois de juin, car nous ne devons pas perdre de temps par rapport aux echecs successifs vis-à-vis du Conseil constitutionnel, notamment en octobre dernier concernant l’homoparentalité et dernièrement avec le mariage des couples de même sexe. Nous trouvons aussi que la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie du 17 mai est trop proche des gay prides, nous pensons donc qu’organiser une manifestation durant cette periode serait trop juste. Les marches des fiertés et gay prides à notre goût sont trop festives, ne sont pas prises au sérieux notamment par les pouvoirs publics, le gouvernement et même la population et donc n’ont aucun rapport avec ce que nous voulons organiser. Car nous cherchons avant tout à faire une manifestation militante et sérieuse pour défendre nos droits et nous faire entendre des pouvoirs publics. Par ailleurs nous espérons un jour que les marches des fiertés et gay prides redeviendront plus militantes comme les premieres gay prides. Rappelons-nous de la fin des années 60, comment ils se sont battus pour défendre la cause homosexuelle! Pour nous le côté festif doit se passer en dehors de la marche, par exemple le soir, mais les marches doivent rester militantes.

Vous aviez prévu un parcours hautement symbolique (le cortège devait partir de l’Hôtel de Ville pour arriver au Palais de l’Élysée en passant par Notre Dame, Matignon, l’Assemblée nationale, le siège du PS et le ministère de la Justice)… Le parcours au départ n’a pas du tout été évident à trouver. Notre projet était très ambitieux, nous avions comme objectif de crier notre colère devant des lieux-clés. Certes notre manifestation a lieu un samedi et tous les politiciens ne seront pas sur leur lieu de travail, mais au moins nous aurons tenté quelque chose. Le 18 février dernier, la Préfecture de police de Paris nous a fait savoir que notre manifestation était autorisée mais à condition de changer l’itinéraire. Ensemble nous avons trouvé un accord, et au final cela aura lieu entre la place de la République et la place de la Bastille. La marche durera une heure, et nous pouvons rester  place de la Bastille jusqu’à 18h. Nous pensons par ailleurs organiser un kiss in à la Bastille après la marche, et surtout continuer à nous battre sur place et pas uniquement lors de la marche. En tout cas, nous avons l’honneur de vous annoncer que notre marche aura bien lieu, nous avons eu officiellement un accord de principe.

Vous avez envoyé une lettre à plusieurs associations LGBT pour qu’elles se joignent à votre mouvement. Quels ont été les retours? Nous avons envoyé au tout début de notre projet, notre lettre d’appel du 1er février par mail à environ 200 associations, sites et groupes LGBT de toute la France. Mi-février, à peine 4 ou 5 associations nous avaient répondu. Ces derniers jours, quelques associations nous envoient sur notre page événement Facebook des messages de soutien. Cependant nous regrettons beaucoup que d’autres associations ne répondent pas à notre appel, alors que nous défendons des causes nationales et qui sont similaires à celles des autres associations. Pour rappel, notre manifestation est pour l’égalité des droits, donc on se bat pour l’ouverture du mariage, l’homoparentalité, l’adoption, la lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle et contre les agressions homophobes. Malgré cela on nous met des bâtons dans les roues ou on nous ignore totalement pour différentes raisons. Alors qu’on recherchait à faire bouger les choses, unir toutes les associations LGBT dans le même combat.

Nous tenons, malgré ces déceptions, à remercier chaleureusement tous ceux qui nous apportent leur soutien, que ce soit des associations ou des particuliers, c’est aussi grâce à eux que nous ne baissons pas les bras, nous ferons de notre mieux ensemble pour que cette manifestation apporte quelque chose de concret dans la lutte LGBT, nous ne lâcherons rien.

Vous êtes une association nationale située à Bordeaux, est-ce que cela ne complique pas l’organisation d’une manifestation à Paris? Nous avons des adhérents des quatre coins de la France. Et non, cela ne complique en rien d’organiser une manifestation à Paris, quand on veut on peut, vous ne croyez pas? Nous sommes peut-être une petite association qui existe depuis très peu de temps avec peu de moyens, nous ne sommes pas très connus dans toute la France, mais à côté de cela quand nous avons des causes à défendre, notamment quand cela concerne nos droits, nos droits en tant que citoyens français, nous devons agir au plus vite, et non uniquement par des mots mais par des actions concrètes. Notre siège social est effectivement à Bordeaux, mais nous nous battons pour tous les citoyens LGBT de toute la France, et peu importe nos moyens et nos effectifs, c’est la volonté qui compte.

[mise à jour, 6 avril, 14h50] L’itinéraire de la manifestation est inversé: la marche partira de la place de la Bastille à 14h pour s’achever place de la République.

[mise à jour, 11 avril, 11h45] Gayfree a publié des photos de la manifestation sur Facebook.

Le site de Gayfree

Gayfree sur la communauté Yagg

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!