Alexandre Urwicz ADFHPendant longtemps, l’Association des parents et futurs parents gays et lesbiens (APGL) a été la seule association homoparentale. Avec internet, plusieurs forums se sont lancés au fil des années, dont certains ont donné naissance à des associations. Dernière venue sur le terrain, l’Association des familles homoparentales (ADFH). Créée en septembre 2010, elle compte environ 400 adhérent-e-s. Rencontre avec l’un des coprésidents, Alexandre Urwicz.

Comment est née l’ADFH? Nous nous sommes rendu compte que très peu de familles homoparentales étaient représentées dans les associations puisqu’on estime ces familles en fourchette basse à 40000 et à environ 250000 selon le milieu associatif. Nous nous sommes dit que c’était vraiment insuffisant à la lumière du déficit de droits dont nos familles sont victimes. Nous en avons conclu qu’il fallait proposer une offre associative renouvelée, plus dynamique, plus proche des adhérents. Par ailleurs, l’ADFH intègre une dimension éthique dans les projets parentaux qui permet d’avoir une écoute que d’autres associations n’ont pas dans le dialogue avec les politiques.

Nous avons lancé l’association après les dernières vacances d’été et créé le site très rapidement pour le sortir avant la fin de l’année 2010. Nous l’avons voulu très intuitif. Nous sommes conscient-e-s que derrière il n’y a pas forcément l’alimentation d’une association qui a 10 ou 20 ans d’expérience! Tous les fondateurs ont plus de 10 ans d’expérience dans le milieu LGBT, donc nous avons des choses à dire et à écrire, des bases à reconstituer… Nous allons le faire, ça va prendre un certain temps. Il y a d’autres priorités pour l’instant comme nos adhérents, leurs problèmes et leurs questions. Le reste suivra, selon les ressources et la disponibilité de chacun.

La section des informations liées à l’homoparentalité est déjà très dynamique, nous essayons de faire une base d’articles en archivant tous les articles sérieux que nous trouvons. Nous allons aussi mettre en place une base bibliographique pour les chercheurs. En moyenne, 3 ou 4 appels par semaine proviennent d’étudiants, d’élèves de terminales qui ont des TPE à faire sur l’homoparentalité. Nous avons créé un groupe éducation auquel tous les chercheurs, élèves et étudiants peuvent envoyer un email. C’est un vecteur d’information formidable, et nous serions bien imbéciles de ne pas l’enrichir.

L’ADFH est-elle une association de parents homos, d’enfants d’homos, de familles? L’ADFH est une association homoparentale, de familles et de futures familles, qui regroupe les parents et les enfants. Les enfants constituent le cœur de l’association, un groupe « enfants » a été constitué, avec des activités. On se rend aussi compte que les parents ont besoin de parler entre eux, de confronter leurs joies et leurs doutes, avec ou sans les enfants!

L’ADFH propose une adhésion par famille, et non une adhésion individuelle. Oui, nous voulons vraiment mettre la famille et la future famille au centre de notre association. C’est aussi un choix qui permet de mettre les enfants au premier plan, avant les parents. Car c’est pour eux que nous nous battons. Se reconnaître dans une association de parents gays et lesbiens, pour moi c’était un combat nécessaire dans les années 80. Grâce à ces combats menés autrefois, aujourd’hui nous ne défendons plus notre gaytitude, ce que nous défendons ce sont nos (futures) familles. Ce n’est plus le même combat. Lorsque nous rencontrons des politiques, c’est un message qui passe beaucoup mieux. Probablement parce que la famille est une valeur fédératrice, universelle, bien plus que l’homosexualité…

Travaillez-vous aussi sur les questions trans’? Nous avons rejoint l’Inter-LGBT, et comme dans Inter-LGBT il y a « T », nous allons être amené-e-s à apprendre, à nous former sur la transparentalité. L’association vient d’être lancée, et en nombre, la transparentalité représente un nombre très faible de cas,  ce qui ne veut pas dire qu’il faut négliger ce point, bien au contraire, mais pour l’instant nous n’avons pas encore été sollicité-e-s.