Dans une interview accordée à ABCNews vendredi 24 décembre, le vice-président américain Joe Biden a estimé qu’il était « inévitable qu’un consensus national se fasse au sujet du mariage gay ». Selon lui, « le pays évolue », et maintenant que l’abrogation de la loi Don’t Ask Don’t Tell « a été largement acceptée dans l’armée, (…) la même chose peut se produire dans le pays concernant le mariage ».

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur l’interview de Joe Biden sur ABCNews.

OBAMA INDÉCIS
Cette déclaration du vice-président intervient quelques jours après que le président Obama s’est déclaré indécis sur cette question. « Mes sentiments évoluent constamment », a expliqué le chef de l’État, mais pour l’heure, il n’est pas encore prêt à demander l’ouverture du mariage aux couples homosexuels.

LOI DE DÉFENSE DU MARIAGE
Les détracteurs de cette mesure ont fait part de leur pessimisme et comptent sur la loi de défense du mariage, votée en 1996, pour empêcher toute évolution. Cette loi fédérale définit en effet le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme. Dans le Christian Post, Jordan Lorence, un membre de l’Alliance Defense Fund (un mouvement qui lutte pour la « liberté religieuse ») estime que le Sénat et la Chambre des représentants « seraient très réticents à l’idée d’abroger la loi de défense du mariage ».

En revanche, il craint que les tribunaux, en soulevant l’inconstitutionnalité de cette loi, parviennent à la rendre inapplicable. Au mois d’octobre, un juge du Massachusetts a rendu deux décisions déclarant cette loi inconstitutionnelle car elle empêche les couples homosexuels mariés de bénéficier des droits fédéraux. Mais le département de la Justice, placé sous l’autorité du gouvernement, a fait appel de ces arrêts dans l’intérêt de la loi. D’après Jordan Lorence, ces affaires pourraient finalement être tranchées par la Cour suprême. Celle-ci compte actuellement quatre juges réputés conservateurs, quatre autres plus libéraux, et un « centriste » qui pourrait faire pencher la balance vers l’un ou l’autre camp.

Pour l’heure, cinq États sur les 50 que compte le pays autorisent les couples homosexuels à se marier.

Photo Sharon Farmer/White House

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!