Eric Fassin

Eric Fassin

Et si la droite ouvrait le mariage aux couples homos en 2012? L’éventualité d’un tel retournement de situation ne serait pas une « surprise » pour Éric Fassin. Répondant aux questions de Yagg, le sociologue et enseignant à l’ENS, spécialiste des États-Unis et des questions LGBT, a imaginé un scénario où Nicolas Sarkozy se présenterait pour un second mandat. Entre la gauche qui s’est engagée à ouvrir le mariage à tous les couples et une Marine Le Pen qui se pose en protectrice des homos, le candidat de droite serait amené à revoir sa position et à se montrer plus progressiste.

CONTRE LES HOMOPHOBES, OUI; POUR LES HOMOSEXUELS, NON
Jusqu’ici, le parti du président de la République n’a pas fait preuve d’un très grand engagement en faveur des homosexuels. D’après le sociologue, l’une des rares occasions où l’on a vu un-e membre de l’UMP défendre les droits des homosexuel-le-s, c’est lorsque Rama Yade, alors secrétaire d’État aux Droits de l’homme, s’est battue à l’ONU pour la dépénalisation de l’homosexualité dans le monde. Comme le remarque Éric Fassin, elle a pu « s’engager à condition que la question [de l’homosexualité] ne soit posée que hors de nos frontières. Manifestement, la stigmatisation de l’homophobie des autres n’amène pas à ouvrir le mariage aux couples de même sexe en France. Son secrétariat aux Droits de l’homme [étant] rattaché aux Affaires étrangères, le légitime combat contre l’homophobie dans le monde se payait d’un silence coupable sur l’homophobie d’État en France ».

Donneuse de leçon sur la scène internationale, la France n’a donc pas avancé sur sa propre position depuis la création du Pacs en 1999. Un immobilisme en partie dû à la situation politique. « Autrefois, il n’y avait pas de concurrence de l’extrême droite sur ce terrain », explique Eric Fassin. L’UMP n’avait donc aucune raison de se montrer plus ouverte. Mais le nouveau discours de Marine Le Pen change la donne, même si le programme du Front national reste le même: pas de mariage et pas d’adoption pour les couples homosexuels. Pour séduire, la droite doit donc proposer plus et mieux. Peut-être en ressuscitant la promesse électorale d’union civile?

LE MARIAGE DES HOMOS POUR CONTRER LES MUSULMANS
Une frange de la droite reste toutefois opposée à toute avancée dans ce domaine. Alors comment Nicolas Sarkozy pourrait-il faire passer la pilule dans son camp? Éric Fassin rappelle qu’en 2007, alors qu’il n’était encore que candidat à l’élection présidentielle, Nicolas Sarkozy avait inscrit « le droit à l’IVG au cœur de l’identité nationale ».  Et dans une tribune publiée récemment dans Libération, le sociologue reprend quelques déclarations du président: « « chez nous, les femmes sont libres », « libres de se marier », « libres de divorcer », et même « libres d’avorter » ». À l’époque, la phrase n’a pas provoqué de remous. « L’étonnant, c’est que personne ne s’en étonne », constate, amusé, Éric Fassin. Pourtant, une partie de la droite est toujours hostile au droit à l’avortement.

Si la communauté homosexuelle aurait des raisons de se réjouir si le PS et l’UMP adoptaient une position commune, Éric Fassin redoute les effets pervers qu’une telle avancée pourrait revêtir si elle était prise par Nicolas Sarkozy. En effet, celui-ci pourrait utiliser le mariage pour tous comme un outil d’exclusion. »Si Nicolas Sarkozy autorisait les couples homos à se marier, envisage le sociologue, ce serait pour tracer une frontière avec les musulmans, comme c’est le cas aux Pays-Bas: les tests d’intégration demandent aux immigrés de regarder les images d’une femme à moitié nue et d’un baiser entre deux hommes. »

Plutôt que de promouvoir l’égalité, il s’agirait de marquer la différence: « La liberté des femmes et l’égalité des sexes, sinon toujours des sexualités, définirait notre identité, par contraste avec des « autres » racialisés, culturellement étrangers à ces valeurs emblématiques de la modernité. (…) C’est au nom de la liberté et de l’égalité entre les sexes, voire entre les sexualités, qu’est tracée la frontière racialisée entre « eux » et « nous »: « nous » traiterions bien nos femmes, voire nos homosexuels – au contraire d’« eux » », écrivait Éric Fassin le 1er décembre sur le site métropolitiques.eu.

Pour l’heure, seuls 11 pays dans le monde ont ouvert le mariage aux homosexuels. À l’inverse, 79 neuf États interdisent les relations sexuelles entre personnes du même sexe.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!