Dans une lettre ouverte, Gilles Bon-Maury, président d’Homosexualités et Socialisme (HES), et Yves Formentin-Mory, responsable du groupe local HES Finistère et secrétaire de la section PS de Châteaulin, répondent à la tribune qu’a publiée Bernard Poignant, maire PS de Quimper, sur son blog (lire Pour mieux critiquer l’homoparentalité, le maire de Quimper l’assimile à la polygamie).

« NOTRE SOCIÉTÉ NE PROGRESSE QUE LORSQU’ELLE SAIT VAINCRE LES VÉRITÉS RÉVÉLÉES »
« L’analogie entre le besoin de reconnaissance légale de l’homoparentalité et la situation des familles polygames en France pourrait suffire à ranger cette lettre au rang des outrances que les militants LGBT ont pris l’habitude de mépriser, expliquent-ils. Mais renvoyer, comme tu le fais, la recherche de l’égalité des droits à «l’égoïsme du présent» et la juger incompatible avec les «intérêts de notre descendance» révèle une telle incompréhension de la situation des dizaines de milliers d’enfants qui sont élevés en France dans les familles homoparentales que nous avons souhaité y répondre. »

Dénonçant « l’amalgame entre les fonctions de géniteur, de gestatrice, de parent légal et de titulaire de l’autorité parentale », ils poursuivent: « Les socialistes savent que notre société ne progresse que lorsqu’elle sait vaincre les vérités révélées, les invariants anthropologiques et autres butoirs de la pensée qui trouvent leur source et leur destination dans les justifications religieuses. Ton propos reprend ceux qui légitiment leur conservatisme social par la référence aux lois inexorables de la biologie. Dans cette conception qui confond sexualité et procréation, filiation et reproduction, les parents ne seraient que ceux dont la sexualité est potentiellement procréatrice. Au nom de l’analogie entre couple géniteur et couple parental, on prive des enfants d’avoir deux parents et on établit des catégories de citoyens moins dignes que les autres d’être parents. »

L’EXEMPLE DES SOCIALISTES BELGES ET ESPAGNOLS
La lettre ouverte cite ensuite l’exemple des socialistes belges et espagnols, « pour ne citer que les plus proches », qui ont reconnu les familles homoparentales et ouvert l’adoption et la procréation assistée « à tous les couples, sans discrimination ».

« Les conséquences de l’inégalité institutionnelle entre couples de même sexe et couples de sexe différents sont graves, rappellent Yves Fromentin-Mory et Gilles Bon-Maury. En accordant plus de valeur et plus de droits aux uns qu’aux autres, la République ne se donne pas les moyens de disqualifier les violences, directes ou indirectes, qui menacent les lesbiennes, les gays, les bis et les trans’. Ces violences conduisent à la perte de l’estime de soi, rendent vulnérable devant les risques de suicide et affaiblissent la vigilance à l’égard des infections sexuellement transmissibles. Maintenir l’inégalité des droits, ce n’est donc pas seulement abandonner le combat de la laïcité, c’est aussi laisser la violence répondre à l’ignorance. »

Les deux militants PS ne se contentent cependant pas de ces remontrances et proposent au maire de Quimper de « poursuivre cet échange ». Et de joindre, pour son information, un lien vers la note du groupe de travail Nouvelles familles du Laboratoire des idées du Parti socialiste, qui « propose de fonder le droit de la famille sur l’engagement parental, et non plus sur des faits biologiques ».

Photo HES

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!