Winona Ryder fait partie de ces actrices qu’on oublie un peu quand on ne les voit pas mais qui reprennent toute leur place dans nos cœurs à la moindre apparition. Et c’est pourquoi, même s’il n’y avait pas eu Natalie Portman et son baiser à Mila Kunis, nous aurions eu très envie de voir Black Swan.

L’édition américaine de GQ publie, dans son numéro de janvier 2011, une rencontre avec l’actrice, au détour de laquelle on apprend qu’il y a une quinzaine d’années, Mel Gibson a fait une grosse (et mauvaise) impression sur elle: « J’étais à l’une de ces grandes fêtes à Hollywood. Et il était très saoul. J’étais avec mon ami, qui est gay. Il a fait une blague horrible sur les homos. Et puis la conversation est venue sur le fait que j’étais juive. Il a fait une allusion aux chambres à gaz, que je n’ai pas comprise. Il a utilisé une expression [« oven dodger », ndlr] que je n’avais jamais entendue auparavant. C’était juste un moment très, très étrange. Je disais « il est antisémite et homophobe ». Personne ne me croyait! ».

Les dérapages de Mel Gibson se sont multipliés depuis, ce qui n’a visiblement pas d’effet sur son amitié avec Jodie Foster. Il est d’ailleurs le héros du prochain film de la réalisatrice, The Beaver.

Photo Mark Abrahams/GQ

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!