Blake Edwards est mort hier à l’âge de 88 ans. On lui doit un chef d’œuvre du « cinéma gay », Victor Victoria, qui mêle positivement tous les ingrédients chers au cinéaste: travestissement, double vie, homosexualité. Dès les débuts de sa carrière, Blake Edwards fait rimer comédie avec personnages loufoques et inattendus. Et joue sur l’ambiguïté de ses acteurs, comme dans une scène d’un de ses tout premiers succès, Opération Jupons, où Tony Curtis est la risée de l’équipage d’un navire de guerre.

UN CINÉASTE BIEN DE SON TEMPS
Dans plusieurs autres films des années 50 et 60, des personnages de « coiffeurs aux manières appuyées » (comme l’écrit malicieusement Didier Roth-Bettoni dans L’Homosexualité au cinéma) peuplent les films de Blake Edwards. C’est ainsi qu’à l’époque, les homosexuels étaient caricaturés à Hollywood: folle ou sadique-pervers-meurtrier. En cela, Blake Edwards était bien de son temps.

Dans Diamants sur canapé, d’après le roman de Truman Capote, Blake Edwards gomme tout « double entendre » sexuel présent dans le livre, et offre une comédie romantique certes très attachante, mais en deçà de ce qu’aurait pu en faire un Billy Wilder. Vint la Panthère rose et ses suites, puis La Party, en 1968. Énormes succès publics, suivis d’une longue traversée du désert.

C’est à la fin des années 60 que Blake Edwards épouse l’actrice d’origine anglaise Julie Andrews (La Mélodie du bonheur), qu’il fera tourner dans plusieurs films. Dans sa filmographie abondante dans les années 80, on retiendra surtout Victor Victoria, chef d’œuvre d’humour SO gay.

NOMINÉ AUX OSCARS
Rarement un film mainstream hollywoodien n’a abordé aussi franchement et honnêtement la confusion des sentiments, le mélange des genres et l’homosexualité. Edwards fut nominé pour les Oscars, de même que Julie Andrews.

Dans cette histoire située dans le Paris de l’entre deux guerres, le personnage de Victoria (Julie Andrews), qui se travestit en homme, Victor, pour gagner sa vie, provoque chez King Marchand (James Gardner) bien des tourments sur son orientation sexuelle. Le vrai-faux couple gay que Victor forme avec Carroll Todd (interprété par le génial Robert Preston) est une des plus belles réussites du film. En témoigne leur duo You and Me, avec ses paroles sans ambiguïté (« Toi et moi, nous sommes le genre de personnes que les autres aimeraient être ») et ses apartés bitchy.

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur ‪Julie Andrews and Robert Preston « You And Me ».

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!