Par 250 voix contre 175, la Chambre des Représentants a approuvé hier, mercredi 15 décembre, un texte abrogeant la politique Don’t ask, Don’t tell (DADT), qui interdit aux militaires homos de faire leur coming-out.

Il s’agit cette fois d’un texte entièrement consacré à l’abrogation, qui jusqu’ici était glissée dans d’autres propositions de loi plus générales. La semaine dernière, le Sénat avait, à 3 voix près, refusé d’autoriser un vote sur l’abrogation, contenue dans le projet de loi de finance pour la Défense.

RÉELLE AVANCÉE
Comme le souligne AMERICAblog Gay
, ce vote montre une réelle avancée, puisqu’en mai, l’amendement DADT avait été adopté par 234 voix à 194. À l’époque, seuls 5 Républicains avaient voté oui (contre 15 hier) et 26 Démocrates avaient voté non (contre 15 hier).

Barack Obama s’est réjoui de ce vote, soulignant que l’abrogation par voie législative (et non judiciaire, donc) est soutenue par Robert Gates, le secrétaire à la Défense, et par l’amiral Michael Mullen, chef de l’armée américaine. James Amos, le chef des Marines, y est, lui, farouchement opposé. « Je ne veux pas perdre de Marines à cause d’un manque de concentration », a-t-il déclaré en début de semaine.

MAINTENANT LE SÉNAT
Le texte doit à présent être soumis au Sénat, peut-être la semaine prochaine. S’il n’est pas examiné d’ici la fin de l’année, le rapport de force aura changé, puisque les Républicains seront majoritaires à la Chambre des Représentants et disposeront de cinq sièges de plus qu’aujourd’hui au Sénat.

Mardi, veille de ce vote à la Chambre des Représentants, on apprenait que le Lieutenant Dan Choi, qui a mis énormément d’énergie dans la bataille pour l’abrogation, avait été hospitalisé pour dépression nerveuse.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!