Militants et sympathisants socialistes se réunissent ce samedi 11 décembre à la Halle Freyssinet à Paris pour voter, à 16 heures, le texte de la Convention pour l’Égalité réelle, présidée par Benoît Hamon. Le texte, qui avait été adopté par le Conseil national le 9 novembre dernier, avait fait couler beaucoup d’encre et avait été critiqué par l’Association des Parents et futurs parents gays et lesbiens (APGL), qui le jugeait insuffisant sur les questions relatives à l’homoparentalité.

LUTTE CONTRE LE SUICIDE DES JEUNES LGBT
Depuis un mois, de nouveaux amendements ont été proposés pour enrichir le texte. C’est durant cette période que Stéphane Martinet, ancien président d’Homosexualité et Socialisme (HES) et adjoint au maire du 11ème arrondissement, en charge de la Culture et du Patrimoine, a proposé un amendement sur le suicide des jeunes homos, soutenus dans sa démarche par tous les présidents d’HES (Philippe Ducloux, François Vauglin, Alexandre Carelle, Gilles Bon-Maury).

Ce matin, nous avons eu confirmation que la Commission des résolutions, chargée depuis hier d’insérer les amendements dans le texte final soumis au vote avait inséré dans le chapitre sur la lutte contre les discriminations, un paragraphe qui dit ceci: « Pour lutter contre le suicide des jeunes lesbiennes, gays, bi et trans’, victimes de nombreuses discriminations liées à l’orientation sexuelle et au genre, nous formerons des personnels publics aux réalités des vies des personnes LGBT et de leurs familles ». Cette insertion dans le texte final constitue pour son auteur une avancée significative dans l’arsenal de lutte contre l’homophobie et vers un mieux-être pour les LGBT.
Dans l’amendement original figurait également un soutien à toute initiative qui pourrait aider les jeunes LGBT « à se construire plutôt qu’à se détruire » mais cette disposition n’a pas été retenue.

HES PLUTÔT SATISFAITE
De son côté, HES n’a pas chômé puisque pas moins de trois amendements ont été proposés au vote des fédérations. Et même si tout n’a pas été retenu, Gilles Bon-Maury, le président de l’association, se réjouit que celui concernant les personnes trans’ ait été entièrement repris, ainsi que la lutte contre la sérophobie. Mais HES demandait également que les gays ne soient plus exclus du don du sang et que soit dénoncée « toute volonté de pénaliser la transmission sexuelle du VIH lors d’un rapport sexuel consentant. » Ces deux dernières propositions n’ont pas été insérées dans le texte final par la Commission des résolutions. Même rejet de la proposition d’HES d’ouvrir la procréation assistée à tous les couples. Un revers pour Gilles Bon-Maury qui aurait aimé que le PS aille plus loin sur ces questions et sur celle de la reconnaissance des pluriparentalités. Si les mesures phares que sont l’ouverture du mariage et de l’adoption figurent bien dans le texte, et ce depuis le 9 novembre, reste l’épineuse question de la gestation pour autrui, qui divise toujours le Parti socialiste.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!