ONU 10 decembre 2010À l’occasion de la Journée mondiale des droits de l’Homme (qui, un jour, sera peut-être enfin la Journée mondiale des droits humains), les Nations unies accueillent une table ronde sur les moyens de mettre fin à la violence et aux sanctions pénales fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre.

Organisée par les représentations permanentes d’Argentine, de Belgique, du Brésil, de Croatie, de France, du Gabon, des Pays-Bas, de Nouvelle-Zélande, de Norvège, des États-Unis et la délégation de l’Union européenne, la table ronde sera précédée d’un discours du secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, puis Susan E. Rice, l’ambassadrice des États-Unis à l’Onu, et Ivan Simonovic, le Secrétaire général adjoint aux droits de l’Homme de l’Onu, prendront la parole. Une intervention vidéo de Desmond Tutu sera suivie d’exposés par des « représentants de la société civile »: Linda Baumann, directrice par intérim d’Out-Right Namibia, Vidyaratha Kissoon, membre fondateur de l’organisation guyanaise Society against sexual orientation discrimination (Sasod) et l’Allemand Justus Eisfeld, co-directeur et co-fondateur de Global advocates for trans equality (Gate).

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!