Faut-il y voir une tendance en vogue chez les publicitaires? Deux campagnes, dans deux régions très différentes du monde, jouent sur l’homophobie pour faire passer un message de prévention.

Les autorités de Krasnoïarsk, en Sibérie, ont fait très fort pour leur campagne anti-drogues. Une série de spots carrément trash, dont l’un montre un écolier mangeant de la merde (pour symboliser le fait de ne pas avoir dénoncé le trafic de drogue dans son école) et un autre explique calmement que « tous les drogués sont des tapettes mais toutes les tapettes ne sont pas des drogués ». Voici ce qu’en dit aujourd’hui LCI:

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Russie: un spot homophobe pour lutter

Au Chili, une autre campagne, contre les violences envers les femmes, celle-là, traite de « maricón » (« pédé ») l’homme qui maltraite sa compagne. Contrairement à la campagne russe, celle-ci a reçu l’approbation d’une partie de la communauté homo, et notamment du Movimiento de Liberación Homosexual (Movilh), qui y voit aussi une façon de lutter contre l’homophobie. Et parmi ceux qui participent aux spots, le photographe et présentateur télé ouvertement homo Jordi Castell:

http://www.youtube.com/watch?v=Z7j2-EXgjqs

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur ‪« Maricón es el que maltrata a una mujer »: el eslogan de una polémica campaña en Chile‬

Pour les défenseurs des deux campagnes, ce qui compte, c’est de faire parler du problème (d’un côté la drogue, de l’autre les violences conjugales). Toute polémique serait-elle donc bonne à prendre?

Via copyranter (merci à rumi pour la vidéo de LCI) et BBC Mundo

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!