Dans un article intitulé The secret sex life of John Travolta, le site américain Gawker donne la parole à Robert Randolph, un homme qui prétend avoir vu l’acteur américain à de très nombreuses reprises dans un sauna gay. Gawker, qui se délecte des détails donné par Randolph, un designer d’intérieur, souligne par ailleurs que ces allégations posent particulièrement problème dans la mesure où Travolta est un membre éminent de l’Église de Scientologie, qui prétend que l’homosexualité peut être soignée.

Selon le site Gossip Cop, la réaction des avocats du comédien vu dans Grease ou Pulp Fiction ne s’est pas faite attendre. « Mensonges grossiers et diffamatoires » venant d’une « source notoirement non-fiable », ont-ils écrit au site, en soulignant au passage l’absurdité d’un adultère commis en public pour quelqu’un d’aussi reconnaissable que Travolta. Gawker, à qui il est demandé de retirer l’article et de publier un démenti, n’a toujours pas obtempéré.