Le 23 novembre dernier, Yagg recevait Jean Derouineau, médecin au centre de dépistage de l’Institut Alfred Fournier, à Paris, et Dominick Descharles, chargé de prévention gay au sein de Aides pour parler d’hépatites avec les internautes. Voici la retranscription du chat.

modérateur: Bonjour. Nos deux invités sont arrivés. Le chat va commencer dans quelques minutes. Vous pouvez commencer à poser vos questions.

Jean Derouineau: Je suis content d’être là et de répondre à vos questions.
Dominick Descharles: Je suis content de l’intérêt que porte la communauté aux hépatites.

steph75: Bonjour. Les gays sont-ils plus concernés que les autres par les hépatites en général ou certaines en particulier? Si oui, pourquoi?

DD: Les gays ne sont pas plus concernés mais autant. Les personnes atteintes par le VIH le sont d’autant plus qu’elles sont plus fragiles.
JD: Les gays sont plus exposés parce qu’ils ont plus de rapports et/ou de partenaires par rapport aux hétéros.
DD: Par rapport à l’hépatite A, les gays pratiquent l’anulingus plus fréquemment et donc sont plus sujets à rencontrer le virus de l’hépatite A. Heureusement, contre cette hépatite, il existe un vaccin.

Michel de Toulouse: Bonjour. La vaccination contre l’hépatite B suscite encore des réticences très fortes dans une partie de la population. Comment convaincre pourtant les groupes à risques de se faire vacciner ? Je suis moi-même séropo VIH et VHB (chronique) et mon partenaire s’est fait vacciner au tout début de notre relation.

JD: Il y aura toujours des réticences quels que soient les vaccins depuis Pasteur qui a inventé le vaccin contre la rage. Il n’y a aucun risque à se faire vacciner contre l’hépatite B et votre ami a bien fait.
DD: S’il y a bien un sujet pour lequel il y a un consensus associatif, c’est sur la vaccination contre l’hépatite B, que nous recommandons tous.

Gwenaël: Bonjour. Comment se prémunir d’une hépatite? (les trois tant qu’à faire)

JD: Contre l’hépatite A et l’hépatite B, il faut se faire vacciner. Les vaccins permettent de fabriquer des anticorps protecteurs à l’avance. Et pour l’hépatite C, les mêmes mesures de prévention que vis-à-vis du VIH: préservatif bien utilisé (avec du gel), gant en cas de fist, pas de partage de matériel en cas d’injection ou de snif.
DD: Il faut être vigilant aussi au partage des bouteilles de poppers.
JD: Le vaccin contre l’hépatite A consiste en deux injections espacées de six mois et contre l’hépatite B, deux injections séparées d’un mois et un rappel à un an.
DD: Avant de se faire vacciner, il ne faut pas hésiter à faire un test de dépistage des anticorps car on peut avoir fabriqué des anticorps protecteurs ou avoir une hépatite B chronique.
JD: Pour les personnes atteintes par le VIH, la vaccination contre l’hépatite B doit être doublée.

Babybear: Je suis gay, j’ai eu une hépatite A. Mon médecin ne m’a même pas parlé des risques liés à l’anulingus. Et autour de moi, personne n’est au courant. C’est aberrant, non? Pourquoi ce manque d’information?

JD: Cher Babybear, lui avez-dit que vous étiez gay?
DD: il faut pouvoir parler de sexualité avec son médecin

Babybear: Oui!

DD: Aides et l’association des médecins gays sortent une brochure de sensibilisation à la sexualité homosexuelle à destination des médecins généralistes pour les sensibiliser à la prévention due aux pratiques spécifiques et à la stigmatisation que vivent les personnes de la communauté LGBT. Cette brochure sera aussi téléchargeable en PDF sur les sites de Aides et de l’Association des médecins gays. À partir du 8 décembre.

Babybear: Mais il y aussi un manque total d’information chez les gays sur ce sujet! Je peux vous assurer que PERSONNE autour de moi n’était au courant au sujet de l’anulingus et des risques.

JD: C’est bien, tu fais de la prévention toi-même, n’hésite pas à renvoyer vers Sida Info Service. Il existe aussi Hépatites info service. Le numéro de téléphone est le 0800 845 800. Le site: http://www.hepatites-info-service.org/
DD: Vous pouvez aussi devenir volontaire à Aides et être un acteur de la lutte contre les hépatites et le VIH.


Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Chat spécial hépatites virales sur Yagg: making-of.

xavier galago: Bonjour… et si on a « oublié » le rappel 10 ans plus tard??

JD: Si vous avez oublié de faire le rappel 10 ans plus tard, il convient de demander à votre médecin une mesure des anticorps anti-HBS, pour l’hépatite B, qui permet de savoir si on est toujours protégé.

karim: Je crois que l’hépatite C peut être mortelle dans certains cas. Est-ce le cas aussi pour les autres?

JD: L’hépatite B est plus souvent mortelle que l’hépatite C. C’est la quatrième cause de mort par maladie infectieuse dans le monde. En France, il y a chaque année 1500 décès par hépatite B et un peu moins par hépatite C. Il existe un vaccin contre l’hépatite B.

steph75: Existe-t-il des chiffres sur le nombre de malades atteints par une hépatite? Si oui, est-on dans une logique de progression, de diminution ou de stagnation? Et comment cela s’explique-t-il?

JD: Pour l’hépatite C, environ 400000 personnes sont porteuses de ce virus en France et environ un quart l’ignore. Ce sont surtout les transfusions de sang avant 1991 et le partage de seringues qui en sont les principaux vecteurs. Pour l’hépatite C, le nombre global est en diminution mais il existe une épidémie chez les gays et c’est en augmentation depuis 2000.
DD: Pour l’hépatite B, l’épidémie est stable et la diminution espérée ne se produit pas à cause de la sous-utilisation du vaccin. Pour l’hépatite A, c’est devenu rare. Avant, c’était une maladie courante, dite des mains sales ou du « péril fécal ». L’hygiène s’est améliorée mais cela reste une Infection sexuellement transmissible. Cette hépatite pourrait être facilement évitée grâce au vaccin.

xavier galago: Et que peut nous dire le docteur Derouineau concernant des effets indésirables (éventuels) à long terme dus à la « masse-vaccination » contre l’hépatite B des ados au milieu des années 90?

JD: Il n’y a ni plus ni moins d’effets secondaires durant les trois années de cette vaccination de masse comparée aux trois années précédentes et aux trois années suivantes. C’est un rapport de l’Académie de médecine accessible sur Internet.

Suite page suivante