Jeudi 25 novembre, à 23h10, France 2 diffuse La Bataille du sida, un documentaire de Laurence Beauvillard et Laurent Firode consacré aux premières années de l’épidémie et à la bataille qui va opposer équipes françaises et américaines pour la découverte du virus responsable du sida.

Les premières minutes du film, avec de très nombreuses images d’archives, sont émouvantes, car elles nous replongent dans l’univers gay et festif de l’époque puis nous montrent les premières images de ces corps décharnés, rongés par le sarcome de Kaposi, de ces visages hébétés de patients au bord du gouffre.

LA QUÊTE DE L’AGENT CAUSAL
Mais très vite, le récit se concentre sur deux équipes de chercheurs en virologie – l’une française, dirigée par le Pr Luc Montagnier à l’Institut Pasteur, l’autre américaine, celle de Robert Gallo – qui vont se lancer dans la quête pour retrouver l’agent causal du sida. À leurs côtés, des médecins, notamment Willy Rozenbaum, qui jouera un rôle déterminant dans la découverte du virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Et bien sûr Françoise Barré-Sinoussi, qui isolera le virus.

MULTIPLES REBONDISSEMENTS
Les multiples rebondissements de cette saga scientifique sont passionnants, mais La Bataille du sida oublie un peu vite les malades, qui, mis à part l’extraordinaire témoignage du philosophe Jean-Paul Aron avant sa mort, sont totalement invisibles. On en reste à une vision très occidentale de l’épidémie, sans évoquer à aucun moment les enjeux actuels de la lutte contre le sida au Sud (prix des médicaments, place des malades, prévention).

Si les aspects scientifiques de l’épidémie vous intéressent, vous regarderez avec intérêt ce documentaire auquel Clémentine Célarié a prêté sa voix. Regrettons cependant que ses auteurs en soit resté à l’analyse d’un épisode certes décisif mais daté d’une épidémie qui n’est toujours pas contrôlée.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!