La page a été supprimée mais l’URL continue de faire le tour du web (et certains ont eu la bonne idée de copier le texte avant qu’il ne disparaisse). Vendredi, le lycée Robert Schuman du Havre a publié sur son site officiel un texte édifiant sur l’homoparentalité, rédigé par un groupe d’élèves et validé par leur professeur.

Une note en fin de texte précise qu’il s’agit d’un « exercice argumentatif qui n’engage pas l’opinion des élèves ». Ouf. Parce que voici ce que l’on pouvait y lire:

« Un phénomène de société: l’homoparentalité.

Quels problèmes peut poser l’homoparentalité?

L’homoparentalité est née en Europe . L’homoparentalité concerne un couple homosexuel (femmes ou hommes,) qui deviennent parents d’un ou plusieurs enfants. L’homoparentalité est une idée neuve, mais les sciences sociales s’en sont vite emparées.

Quels problèmes peut poser l’homoparentalité?

Premièrement, l’enfant a besoin d’un modèle maternel et paternel

– L’enfant ne peut avoir le soutien de sa mère et de son père,

– L’enfant ne saura pas qui appeler «papa ou maman»,

– Ils ne sauront pas comment éduquer leurs enfants.

Deuxièmement , l’enfant devra assumer la différence de ces parents

– Il pourrait avoir honte du regard des autres,

– Il peut aussi se sentir différent par rapport aux autres,

– Il doit faire deux cadeaux lors des fêtes parentales,

– Il peut se sentir mal et prendre mal l’homosexualité,

– Il peut devenir plus tard homosexuel,

– Il peut avoir honte.

Plus grand , il aura aussi beaucoup de mal à en parler avec ses copains ou autres. »

« CRUEL MANQUE DE VIGILANCE »
Comme l’écrit SOS homophobie dans un communiqué, « le problème est que, en l’état, ces propos sont assénés sans qu’il y ait de réponses et contre-arguments pour démonter ces clichés sur l’homoparentalité ».

« Nous ne pouvons reprocher à des élèves de méconnaître l’homoparentalité – en dehors des interventions des associations LGBT, il est malheureusement fait peu de cas de la diversité des schémas familiaux de la part du corps enseignant », regrette l’association, qui ajoute: « En les publiant tels quels, le lycée Robert Schuman cautionne ces propos. Il est urgent, donc, que la direction de l’établissement s’exprime sur son cruel manque de vigilance, et accepte que SOS homophobie intervienne auprès du corps éducatif et des élèves, ce que nous lui proposons dès aujourd’hui par courrier ».

« LA SACRO-SAINTE PAROLE DES ÉLÈVES »
« La page publiée par le site du lycée Robert Schuman du Havre est caractéristique du résultat auquel il est naturel d’aboutir, lorsque l’on associe l’idéologie de « l’élève au centre » chère à Lionel Jospin et à Philippe Meirieu, les bienfaits apparemment incontestables de l’auto-construction des savoirs, la nécessité pour les élèves de s’exprimer-s’épanouir-communiquer-produire-créer, et les avantages des TICE [Technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement, ndlr] », remarque un enseignant sur le blog Bonnet d’âne.

« Qu’un enfant puisse devenir homosexuel parce que ses deux parents sont homosexuels, il n’y a plus, mis à part le Lycée Robert Schuman du Havre, qu’un quarteron d’évangélistes américains cacochymes pour affirmer pareille carabistouille. Même MM. Vanneste et Gollnisch, dont on sait le peu d’affection pour les « invertis notoires », ne croient plus à ce genre d’arguments, écrit-il. (…) La cerise sur le gâteau, c’est que ces affirmations grotesques, et c’est là sans doute ce qui constitue la plus grave erreur, ont été lues, approuvées, validées et mises en ligne par un enseignant, titulaire du CAPES, qui a cru bon de diffuser au travers du site officiel du lycée la sacro-sainte parole des élèves — qui n’a pas, idéologiquement, à être remise en cause, puisqu’elle est par nature spontanée, créative, pertinente et intelligente. Qu’elle n’est jamais la caricature des remarques caricaturales entendues çà et là. (…) Instruire, c’est justement amener les élèves à dépasser les lieux communs. »

Les responsables du lycée Robert Schuman du Havre seraient peut-être bien inspiré-e-s de lire le dossier que Yagg consacrait à la rentrée aux profs homos, et en particulier la troisième partie, intitulée « Lutte contre les discriminations », mais que fait l’Éducation nationale?. Alors que la Halde est victime d’attaques plus ou moins masquées de toutes parts, on se dit qu’elle aurait pourtant encore bien du boulot…

[mise à jour, 17h58] Un professeur du lycée Robert Schuman précise, dans les commentaires de cet article, qu’il s’agit d’un énorme malentendu et que son lycée est, contrairement à ce que cette affaire pourrait laisser croire, exemplaire en matière de lutte contre l’homophobie. À lire ici et ici.

[mise à jour, 21h03] Le lycée a publié des excuses sur son site:
« Dans le cadre d’un web journal alimenté par les travaux d’élèves, un incident technique n’a pas permis de mettre en ligne l’intégralité d’un article contradictoire sur la lutte contre l’homophobie.
L’équipe de direction (et l’ensemble de la communauté éducative) exprime ses regrets et comprend les vives inquiétudes suscitées par l’édition partielle d’un travail d’élèves sur les discriminations.
La démarche pédagogique était incomplète et cet incident prouve que nous devons renforcer notre vigilance sur la communication, notamment par une procédure de contrôle supplémentaire ». (merci à fen pour le lien)

Image via SOS homophobie

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!