« Nous voulons que la loi punisse l’homosexualité, la zoophilie et la nécrophilie. Sur le plan moral, l’homosexualité est une déviation et sur le plan spirituel, c’est une abomination. » Ces déclarations émanent d’Evariste Ejiba Yamapia, député RCD (Rassemblement congolais pour la démocratie) et évêque, qui a déposé fin octobre devant l’Assemblée nationale congolaise une proposition de loi visant à punir l’homosexualité.

Alors qu’aujourd’hui les relations sexuelles entre personnes du même sexe sont autorisées par la loi, le texte prévoit des peines pouvant aller jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et des amendes. Selon mediacongo.net, la chambre basse du Parlement a déclaré la proposition de loi recevable et l’a envoyée devant la commission sociale et culturelle de l’Assemblée « pour approfondissement ».

« Ce texte de loi a fait l’objet d’un véritable plébiscite », peut-on lire sur mediacongo.net, qui précise qu’il s’agit d’une « mini-révolution dans ce monde moderne où la liberté est la règle et où il est de plus en plus difficile d’imposer une ligne de conduite universelle aux hommes devenus réfractaires aux règles morales »…

« Je ne pense pas que la proposition de loi sera adoptée avant la prochaine session parlementaire, qui doit se tenir en mars 2011, a expliqué Jean Bedel Kaniki, président de l’association LGBT Groupe Hirondelles-Bukavu (GHB), cité par le site LGBT panafricain Behind The Mask. Dans les prochaines semaines, le sujet de débat le plus urgent sera la loi de finances. » Néanmoins, a-t-il ajouté, « nous ne devrions pas attendre mars 2011 parce qu’ils peuvent toujours nous prendre par surprise, comme ils l’ont fait en présentant le texte au parlement ».

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!