Le réalisateur underground canadien Bruce LaBruce a la censure australienne aux trousses: son dernier film LA Zombie qui met en scène un François Sagat en créature sextraterrestre mi-homme-mi-monstre à la libido sextraordinaire, zombifiant gaiement la Cité des Anges, a été déprogrammé in-extremis, à deux jours seulement du lancement de la 59ème édition du prestigieux MIFF, festival International du film de Melbourne qui démarre aujourd’hui même et dont le slogan semble si bien choisi cette année: « It’s a matter of taste » (c’est une question de goûts).

La décision d’annuler les deux projections prévues de LA Zombie a été prise par Richard Moore, le directeur du festival après réception le 20 juillet, deux jours seulement avant le lancement de la manifestation, d’une lettre de Donald McDonald, président de la ACB (Australian Classification Board équivalente du CSA en France) statuant que le film « ne peut pas être projeté car selon lui la classification (par rapport à l’age des spectateurs, ndlr) serait refusée » et que sa recommandation est basée sur « les informations délivrées par le MIFF, le passage en revue du film et l’historique de classification du réalisateur [l’affaire Hustler White en 1997, lire plus bas] ».

Or, le festival n’était pas jusque là tenu de demander de dérogations de classification à l’autorité de censure australienne pour les films programmés et les projections de LA Zombie auraient été maintenues et la polémique évitée si les censeurs n’avaient pas demandé à visionner une copie DVD suite à la lecture d’un résumé du film.

Le directeur du festival de Melbourne affirme que c’est au spectateur de décider de ce qu’il va voir: « Celui qui va voir un film de Bruce LaBruce ne se fait pas d’illusions et sait qu’il ne va pas voir Bambi ou Fantasia« , dit-il à la télévision australienne.

Le média australien, The Age, rapportait hier que le président de la ACB n’aurait pas accordé de dérogation même si le film avait été classé X. Selon les principes de classification des œuvres de fiction par la ACB en Australie, un refus de classification implique une interdiction formelle de diffusion devant un public quel qu’il soit, sous peine d’amendes et d’emprisonnement. Cependant, une sortie DVD adulte reste possible mais n’est pas encore tout à fait garantie. Hustler White, un précédent film de Bruce LaBruce, avait d’ailleurs subi le même sort en 1997 et avait pu sortir en DVD dans une version coupée.

Selon le Sydney Morning Herald, Bruce LaBruce, qui observe la polémique autour de son œuvre depuis l’autre bout de la planète au Canada a eu une réaction plutôt positive: »mon premier reflex a été: Eureka! » se réjouit-il, « je ne comprendrai jamais comment font les censeurs pour ne pas réaliser que plus ils essaient de supprimer un film et plus les gens auront envie de le voir. ». Conscient du coup de pub, il s’est fendu d’une revue de presse sur son Twitter avec une rafale de liens vers des articles couvrant la polémique.

Mais polémique ou pas, LA Zombie sera bien projeté en première mondiale le 5 août prochain au beaucoup plus prestigieux festival du film de Locarno en Suisse et est même en lice pour le Léopard d’or (lire aussi Le film de Christophe Honoré avec François Sagat au Festival de Locarno). Et toc!

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!