Les membres de l’Intergroupe sur les droits LGBT du Parlement européen se sont félicités le 30 juin dernier de l’adoption par le Conseil de l’Union européenne (UE) d’un guide pratique pour la promotion et la protection des droits humains des personnes LGBT.

MANUEL DE BONNES PRATIQUES
Ce manuel de bonnes pratiques recommande aux diplomates européens, au futur SEAE (Service européen pour l’action extérieure) ainsi qu’aux États membres de l’UE de travailler activement contre les discriminations à l’encontre des relations entres personnes de même sexe à travers le monde, de dénoncer fermement les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre et de soutenir les défenseurs des droits humain dans des zones de répression.

« Pour la première fois, le Conseil a pris une excellente initiative sur le long terme pour les droits humains des personnes LGBT. Nous nous assurerons que le SEAE et les autres institutions européennes concernées suivent ces consignes importantes – à commencer par leur travail avec les pays de l’ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) », a déclaré Michael Cashman, coprésident de l’Intergroupe.

Ce document a été préparé par le corps intergouvernemental de l’UE, en consultation avec des organisations de la société civile. « Il ne s’agit pour l’instant que d’une esquisse de ce que l’Union européenne devrait proposer à l’étranger pour la défense des droits humains des personnes LGBT (…) et bien qu’il n’engage en rien, il apporte aux institutions de l’Union européenne l’empreinte d’une action positive en faveur des droits humains des personnes LGBT à l’extérieur de l’UE », explique un communiqué de l’Intergroupe.

« Le Conseil montre une certaine direction en faveur des droits humain pour les LGBT, ce que j’applaudis », déclare à son tour Ulrike Lunacek, membre du Parlement européen, coprésident de l’Intergroupe sur les droits LGBT et coordinateur des affaires étrangères du groupe Greens/EFA . « C’est un outil vraiment bienvenu, et un outil que la Commission, le Conseil et l’EEAS devraient commencer à utiliser aussi souvent que possible, par exemple en soutenant les défenseurs des droits LGBT à Moscou et à Saint-Petersbourg ».

« UNE PRISE DE CONSCIENCE »
Interrogé par Yagg, Boris Dittrich, directeur de plaidoyer sur les programmes LGBT pour l’ONG Human Right Watch, qui était impliqué dans la préparation de ce guide pratique, nous explique concrètement de quoi il s’agit:

« Nous avons essayé d’engager tous les pays de l’Union européenne dans une prise de conscience. Nous avons donc proposé cette sorte de guide pratique pour les ambassades européennes, pour aider les défenseurs de droits humains LGBT dans les pays dans lesquels ils ne peuvent pas travailler en sécurité. En effet, dans certains pays, les défenseurs de droits humains LGBT ne peuvent pas organiser des réunions, ils n’obtiennent pas de permissions, ils sont même parfois persécutés. Dernièrement, en Indonésie, des associations LGBT ont souhaité organiser une réunion dans un hôtel, mais des fondamentalistes musulmans sont intervenus et ont menacé de tuer les gens et de brûler l’hôtel. Les défenseurs des droits humains ont dû fuir et certains ont été sérieusement blessés ».

« Le personnel de certaines ambassades n’est pas toujours informé sur les questions LGBT, les problèmes qu’il peut y avoir autour de ces questions dans certains pays et ne savent pas forcément comment répondre aux demandes des défenseurs des droits humains. Lorsque les employés d’ambassades européennes auront lu ce guide pratique, ils auront une vision plus précise de ce qu’ils sont en mesure de faire, ils sauront comment réagir pour les protéger. Ils pourront aider une association à organiser une réunion, ou encore à obtenir les autorisations nécessaires pour rendre visite à des détenus condamnés en raison de leur orientation sexuelle ».

« OUTIL »
« Ce n’est évidement qu’un outil, ça n’a aucun caractère obligatoire. Mais ça permet de sensibiliser et de donner les clés pour faire avancer les choses. Il s’agit véritablement d’une énorme aide pour les défenseurs des droits humains et d’une mesure importante pour les institutions européennes. Les associations LGBT savent aussi désormais qu’elles peuvent compter sur les ambassades européennes ».

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!