Le projet a mis du temps à voir le jour. Depuis quelques semaines, React Up est en ligne avec cette définition: « Le site à fréquenter avant de baiser! », avec l’objectif de s’adresser aux gays pour leur fournir des informations sur la prévention.

Act Up souhaite y publier une analyse critique des travaux scientifiques de recherche dans ce domaine, tout en favorisant les contenus participatifs: les internautes ont la possibilité de réagir et de s’inscrire sur le site, ils sont sollicités (« Question ouverte »). La rédaction de React Up insiste aussi sur la pluralité des points de vue qui pourront s’exprimer. Et explique que « la recension des articles sera distinctement séparée du commentaire de la rédaction ». Des dossiers, des dépêches, des liens vers d’autres sites complètent l’offre, mais plusieurs rubriques restent vides et sont encore à enrichir.

Pour les principaux concepteurs du projet, Emmanuel Chateau et  Sylvain Morin, React Up prend sa place dans le projet Information=pouvoir lancé en 1995: « Une manière de renforcer les capacités des séropositifs en leur apportant les meilleures connaissances sur la maladie et en leur proposant de participer aux réflexions sur la recherche […]. »

LE DÉBAT FAIT RAGE DANS LA COMMUNAUTÉ
Depuis l’apparition du sida, la question de la prévention a toujours suscité débats, polémiques, confrontations. Dans les années 80 et 90, l’affrontement opposait les associations aux pouvoirs publics, ces derniers étaient accusés d’inaction. Les groupes les plus touchés, en première ligne les gays, réclamaient des campagnes de sensibilisation à la hauteur de la catastrophe, les ministres freinaient des quatre fers, ne voulant pas faire de « prosélytisme ».

Depuis la fin des années 90, peu de monde conteste la nécessité de cibler les campagnes de prévention en direction des homos, des femmes et des migrants. Mais le débat s’est déplacé et a fait rage dans la communauté gay elle-même. Face à l’augmentation, constatée enquête après enquête, des rapports non protégés, les associations n’ont pas réagi de la même façon, Act Up-Paris affichant toujours un discours pro-capote et de responsabilité quand Aides avançait sur le terrain de la réduction des risques (« Tu baises sans capote, mets au moins du gel? », avait-on pu lire sur un flyer distribué par l’association). Aides a lancé en 2008 un site d’informations et d’échanges pour les séropositifs, Seronet, qui rencontre un grand succès, et où des blogs, des posts et des commentaires pro-bareback s’affichent… sans modération.

Avec React Up, financé par Sidaction, mais aussi par des organismes officiels (Inpes, DGS, Agence régionale de santé), l’association activiste veut-elle reprendre la main sur la prévention et faire entendre sa propre musique? Réponse dans quelques mois.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!