Yagg a lancé un défi à ses internautes: raconter leur gay pride ou marche des fiertés 2010 et la faire partager aux autres yaggeurs et yaggeuses qui voteront pour leur récit préféré. Et devenir ainsi Yagg reporters!

Aujourd’hui, le yaggeur Lennie raconte en mots et en images la gay pride de Marseille du 10 juillet dernier (les vidéos sont en page 5).

Lire aussi:
Yagg reporter: La Marche des Fiertés de Rennes, par Amanda.
Yagg reporter: La gay pride de Berlin, par Yauty.
Yagg reporter: La Marche des Fiertés de Paris, par Gilles.
Yagg reporter: La gay pride d’Austin, Texas, par LGabrielle.
Yagg reporter: La Marche des Fiertés de Paris, par Alice.
Yagg reporter: La Marche des Fiertés de Toulouse, par Françoise.
Yagg reporter: La Marche des Fiertés de Paris, côté femmes, par Peggy.
Yagg reporter: La gay pride de New York, par Yiu.
Yagg reporter: La Marche des Fiertés de Paris, par Marine.
Yagg reporter: La gay pride de Madrid, par Farissou.
Yagg reporter: La gay pride de Madrid, par Red.

Lennie

LA GAY PRIDE DE MARSEILLE, PAR LENNIE
Le temps de vérifier le niveau des piles de l’appareil photo, un bloc-notes, un bic 4 couleurs (j’ai vérifié, ils font pas les rainbow bic), une bouteille d’eau fraîche, de bonnes baskets et c’est parti.

C’est sous un soleil de plomb que la Gay pride est partie du Parc du 26e centenaire pour près de 3 heures de marche à travers la ville. Les chars se rassemblent et le cortège grossit jusqu’à son départ vers 15h30, emmené par le carré de tête qui rassemble des personnalités politiques et du monde associatif ainsi que les responsables de la marche.

Évidemment, quand on parle de la gay pride de Marseille, on ne peut s’empêcher d’évoquer la situation tragi-comique qu’a connue la ville cette année dans l’organisation de la marche (voir les différents articles de Yagg sur ce sujet). Une chose est sûre, à Marseille, on ne fait décidément rien comme les autres.

Mais quand on discute un peu avec les marcheurs, tous sont au courant de la situation, mais ils accordent peu d’importance à ces événements ou regrettent le manque d’unité. Mis à part quelques-uns qui rigolent sur l’augmentation du nombre de marches gays à Marseille et en espèrent une toutes les semaines pour l’été prochain.

Le mot d’ordre clair avec le slogan « Tous citoyens! Tous égaux? » est porté par tous les participants.

Même pour ces cinq amis qui sont venus de Salon-de-Provence pour participer, le but est de s’amuser sans oublier de réclamer l’égalité. Pour tous il s’agit de leur première marche.

Vedran, 20 ans: « On est venu parce qu’on en a eu la possibilité, et puis venir avec des amis c’est aussi pour s’amuser, tout en participant à un mouvement politique ». Sacha, 19 ans et Lætitia, 17 ans: « On vient aussi pour profiter de l’ambiance de la marche et même si l’envie première c’est de passer un bon moment, il y a aussi l’esprit militant qui est présent ».

Beaucoup de participants cette année puisque les organisateurs estiment entre 10 à 15000 le nombre de personnes descendues dans les rues pour l’occasion.

Les associations militantes ont répondu présentes. G-Stud, Le Refuge, l’APGL, Amnesty International, la Coordination Lesbienne en France, HES avec le PS et le MJS, SOS homophobie, Aides, Flag, Des ils et des elles, L’Autre Cercle et encore d’autres.

On aura pu aussi voir un char de la CFDT, une délégation des Verts et des drapeaux du Parti Communiste et du Parti de Gauche.

Côté personnalités politiques, des conseillers régionaux, le maire du 1er secteur et d’autres étaient présents. Tous représentants de partis ou d’organisations de gauche.