Le Pentagone a envoyé la semaine dernière un questionnaire à 400000 membres du personnel de l’armée américaine afin de mieux connaître les possibles conséquences d’une abrogation de la loi « Don’t ask, don’t tell » (DADT), qui empêche actuellement les militaires gays et lesbiennes de servir ouvertement.

Des associations LGBT critiquent son caractère biaisé et insultant pour les homos, pointant notamment du doigt les questions relatives au partage de l’intimité avec du personnel gay et lesbien. Parmi les questions posées: « Si la loi « Don’t ask, don’t tell » est abrogée et que l’un de vos collègues déclare qu’il est gay ou lesbienne, comment cela affecterait-il votre capacité à remplir votre mission pendant le combat? ».

« Il est tout simplement impossible d’imaginer une autre enquête avec des formulations si insultantes et dégradantes sur n’importe quel autre groupe minoritaire dans l’armée, déclare un ancien interrogateur de l’armée américaine. Malheureusement, cette coûteuse étude ranime les feux de l’homophobie de par sa conception-même ».

À lire sur LA Times [en]

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!