Depuis quelques jours, l’histoire d’un militant LGBT ougandais retrouvé décapité, circulait sur des sites LGBT américains et ougandais. Il s’agissait en réalité d’une intox, macabre.

Plusieurs médias LGBT ou non (The Advocate, The Huffington Post, notre partenaire Gay Kosmopol, 365Gay…) avaient pourtant relayé l’information, après avoir confronté plusieurs sources. La victime était supposée être un militant engagé dans l’association Integrity Uganda, une ONG religieuse de lutte pour les droits LGBT.

« L’histoire avait l’air solide, expliquait hier Jim Burroway, journaliste du très sérieux et très fiable site d’information LGBT américain Box Turtle Bulletin, qui s’était fait prendre. J’avais d’abord vu cela sur le site épiscopal pro-LGBT Changing Attitudes, dans un post rédigé par le Révérend Colin Coward, qui n’est autre que le fondateur et directeur de cette organisation basée au Royaume-Uni. J’avais aussi trouvé l’information dans deux médias ougandais qui confirmaient que le corps et la tête avaient été retrouvés près de la ferme de Badru Kiggundu, le président de la Commission électorale d’Ouganda. Avec trois sources d’informations séparées, cela me semblait être une confirmation suffisante pour reprendre cette histoire sur un militant LGBT ougandais retrouvé décapité. »

« Voilà ce que nous savons: un jeune homme a été brutalement tué, mutilé et décapité et est tombé dans une latrine. Cela, nous savons que c’est vrai. Mais nous avons désormais la confirmation que ce jeune homme n’avait aucune connexion avec Integrity Uganda (…). Hier matin, le président de Integrity Uganda confirmait que l’homme qui a été décapité n’avait aucune connexion avec son ONG et cela a également été confirmé depuis par plusieurs sources en Ouganda. Plusieurs personnes là-bas se sont dit exaspérées que cette fausse rumeur ait fait les gros titres de la presse locale. »

« Au cœur de cette fausse rumeur reste une citation attribuée au Révérend Erich Kasirye, censé être directeur général de l’association, qui, parlant de la victime, aurait dit: « Pasikali et son partenaire Abbey ont rejoint Integrity Uganda en juin 2007 (…) Il manquera énormément à toute la fraternité LGBTI ». Or depuis, de nombreuses sources en Ouganda ont confirmé que ce révérend ne fait absolument pas parti de Integrity Uganda, et qu’il n’a eu aucune connexion avec l’association depuis 2004″.

« Plus, je m’intéressais à cette histoire, plus il me semblait probable qu’il s’agisse en fait d’une histoire postée par un activiste anti-gay qui a déjà escroqué la communauté LGBT dans le passé ».

Les véritables questions demeurent: qui est derrière cette intox et quel était l’intérêt de cette intox? S’agit-il de discréditer les associations et médias LGBT en multipliant les fausses informations? Ou peut-être de terroriser les militants LGBT ougandais? L’histoire complète de cette intox est à lire sur Box Turtle Bulletin [en].

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!