Une fois encore, le local du MAG, Mouvement d’affirmation des jeunes, gais, bis, lesbiennes et trans’, situé dans le 11e arrondissement de Paris, a été vandalisé. Un premier impact sur la petite vitrine a été découvert samedi 26 juin, suite à la Marche des Fiertés LGBT. Étant donné le contexte, cela n’a pas alarmé l’association qui l’a réparée rapidement. Or, des actes de vandalisme plus importants ont été perpétrés, touchant à nouveau la petite vitrine (brisée) ainsi que la banderole, certainement en fin de week-end, et remarqués par l’association en début de semaine dernière.

local mag

Le local du MAG vandalisé

UN VOL AVEC EFFRACTION EN MARS DERNIER
La précédent acte de vandalisme contre le local du MAG avait eu lieu dans la nuit du 6 au 7 mars. « En mars, il s’agissait d’un vol avec effraction, donc maintenant on prend nos précautions, on ne laisse pas la caisse au local, confie à Yagg Oriane, membre active de l’association et rédactrice en chef de la Magazette. On est un peu plus visible qu’avant donc il y a plus de risques ».

« Le premier impact sur la petite vitrine a été remarqué le samedi, après la Marche des Fiertés, ajoute Oriane. Nous nous sommes dits que c’était normal car pendant la Marche, certaines personnes boivent un peu trop. C’était un petit impact. Le mercredi suivant, j’ai vu que la petite vitrine avait été brisée ».

PLAINTE ET SUSPECTS
« On dépose plainte à chaque fois, même si on ne communique pas forcément là-dessus, précise Oriane. Pour cet incident, la plainte a été déposée le 1er juillet. Le lendemain, la police est venue pour effectuer un relevé d’empreintes au local, mais elle a conclu qu’il s’agissait d’un objet lancé dans la vitrine, donc il n’y a pas d’empreintes à relever sur celle-ci. Ça n’a rien donné, mais les policiers sont venus tout de suite ».

« Je pense que c’est l’œuvre d’une bande de jeunes délinquants, estime Oriane. On a le rainbow flag en vitrine, nous sommes bien visibles, il n’y a pas de secret. En plus, le jour de la Marche des Fiertés, on comprend bien le motif homophobe. Ils ont juste cassé la vitrine alors qu’ils auraient pu casser la porte. Il n’y a pas une volonté de nuire, c’est juste la répétition qui nous énerve ».

SOUTIEN DANS LE QUARTIER
« Des gens sont venus nous voir quand on déblayait et à chaque fois ils nous lancent « courage! », raconte Oriane. Des gens manifestent leur soutien à chaque incident. Nous avons aussi un appui de la part de voisins proches qui essaient de nous aider pour trouver quelques indices. Cela fait 10, 15 ans que nous sommes dans le quartier et on essaie d’entretenir des relations cordiales ».

« À l’origine, nous avions prévus des travaux à partir de septembre 2009 car nous avons un rideau électrique trop vieux, conclut Oriane. Maintenant, on va essayer de faire quelque chose de beau, solide, avec un rideau de fer qui recouvrira la petite vitrine, la vitrine et la porte ».

Les membres du MAG attendent que la police effectue un relevé d’empreintes sur la banderole afin de commencer au plus vite les travaux de rénovation et de sécurisation pour éviter que ce genre d’attaques ne se reproduisent.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!