Et si l’homophobie de certains joueurs avait joué un rôle dans le parcours chaotique des Bleus et l’ambiance délétère qui régnait au sein du groupe pendant cette Coupe du Monde 2010? C’est en tout cas l’avis de plusieurs journalistes sportifs bien informés.

GOURCUFF VICTIME D’HOMOPHOBIE D’APRÈS PIERRE MÉNÈS
Hier, mardi 6 juillet, Pierre Ménès, le célèbre chroniqueur sportif au franc-parler inégalable, faisait la promotion de son nouveau livre Carton rouge pour les Bleus au micro de France Info dans l’émission de Philippe Vandel et partageait son analyse sur le parcours de l’équipe de France en Afrique du Sud. Extraits:

Philippe Vandel: Vous avez plein de copains parmi les joueurs. Qu’est-ce qu’ils vous ont dit eux au téléphone qui puisse être dit ici?
Pierre Ménès: Que ceux qui se sont exprimés avaient menti. Que l’ambiance, c’était quelque chose d’épouvantable. Que le traitement qu’a reçu Yoann Gourcuff est assez proche du racisme, voire de l’homophobie, ce qui est quand même assez épatant pour un mec qui n’est pas homo. C’est déjà insupportable quand t’es homo, mais alors quand tu ne l’es pas c’est encore plus incompréhensible. Qu’il y avait un divorce total entre Domenech et l’équipe. Il y a des joueurs qui sont très très marqués.
PV: Pourquoi ça ne sort pas? Pourquoi on n’entend que le clan des meneurs parler?
PM: Je pense que Gourcuff dans sa com’ il sort grandi de cette Coupe du Monde (…) donc il a tout intérêt à se taire parce que l’avenir lui appartient.

Quelques jours plus tôt, le 22 juin, Christophe Hondelatte évoquait déjà cette supposée homophobie dont Gourcuff aurait été victime au sein de l’équipe de France, dans son émission quotidienne sur RTL. Dans un entretien avec l’ancien joueur et champion du monde Vikash Dhorasoo, il laissait entendre de façon plus ou moins explicite ce qu’il semblait savoir:

Vikash Dhorasoo: (…) On l’exclut [en parlant de Yoann Gourcuff, ndlr] parce qu’il est différent.
Christophe Hondelatte: (…) Quand vous dites qu’il est un peu différent, quand on est élégant on dit « qu’il n’est pas marié », vous pensez que ça peut avoir pesé sur ses relations avec le reste du groupe?
VD: Oui. Il y a beaucoup trop de différence chez lui. Il est beau, il est blanc, il est certainement pas musulman, il joue très bien, il parle football très bien, il a un père qui est entraîneur…
CH: Et il ne raconte pas le lendemain combien de gonzesses il s’est sauté la veille?
VD: Je sais pas. Je n’irai pas jusque-là, mais en tout cas il a quand même beaucoup de différences et ça a peut-être posé problème.

Dans la foulée de cette interview sur RTL se créait un groupe Facebook intitulé « Contre l’Homophobie dans l’Équipe de France de Football » ayant pour descriptif: « Yoann Gourcuff, homosexuel? Peut-être! Victime de l’homophobie? Sans doute! ».

« L’équipe de France de football nous a fait honte. Non pas en raison d’une défaite sportive sans précédent. Mais en raison de la déroute morale qu’elle a donné en spectacle », écrit l’administrateur anonyme de ce groupe. « L’un des footballeurs les plus doués de sa génération a fait l’objet de tentatives d’intimidation répétées de la part de ses co-équipiers (…) De nombreux articles de presse ont fait état des brimades infligées à Yoann Gourcuff au sein de l’équipe de France de football(…). Les journalistes qui ont fait état de ces tensions n’en ont le plus souvent pas donné les causes (…) Il semble que Yoann Gourcuff passe — à tort ou à raison — pour homosexuel, et que cela pose un sérieux problème à certains de ses co-équipiers. Si ces allégations sont avérées, le sort réservé à Yoann Gourcuff fait froid dans le dos: non seulement le footballeur serait victime de l’intolérance de ses collègues, mais les règles du milieu dans lequel il évolue lui imposeraient de se faire victime silencieuse ».

De nombreux blogs y vont également de leur interprétation et le soupçon d’homophobie commence à peser lourdement sur cette équipe de France.

Et dans le prisme de ces derniers soupçons, on ne peut que repenser à certaines déclarations prononcées pendant ces dernières semaines et y trouver une nouvelle interprétation complétée par ces informations.

« ÇA DÉPASSE LE CADRE DU FOOTBALL »
On repense notamment à Christian Gourcuff, le père de Yoann et entraîneur de l’équipe de Lorient: « En équipe de France, dans le cas de Yoann, ça dépasse le cadre du football », déclarait-il, sans plus d’explication, dans une interview au site Le 10 Sport.

Mais aussi à Roselyne Bachelot, ministre de la Santé et des Sports, qui déclarait à l’Assemblée nationale, le 22 juin dernier: « Je ne peux que constater le désastre avec une équipe de caïds immatures qui commandent à des gamins apeurés, un coach désemparé et sans autorité (…) ».

Ou encore à Bixente Lizarazu, le 19 juin, dans sa chronique sur RTL: « Yoann Gourcuff est un peu le symbole du bouc-émissaire dans cet équipe. Il a été victime des caïds de cette équipe de France, ou en tout cas des joueurs, des cadres qui ont plus d’influence et qui à mon sens l’ont sorti de l’équipe, pour des mauvaises raisons. Il me fait penser à ce gamin à l’école qui est un peu trop bon élève, dont on va se moquer tout le temps. Et ça, je le regrette (…) je le sens animé d’une très bonne mentalité, je le pense intelligent et je suis intéressé de voir ce que Laurent Blanc va en faire dans la future équipe de France. On pourra faire le comparatif, parce qu’il faut le protéger, comme Zinedine Zidane avait été protégé. Il faut rappeler que quand Zinedine Zidane est arrivé, il était aussi timide que Yoann Gourcuff ».

Contacté par Yagg, l’agent et avocat de Gourcuff n’a pas souhaité répondre à nos questions. La question n’est pas de savoir si Yoann Gourcuff est homosexuel. On peut en effet être hétérosexuel et se faire traiter de « pédé », parce qu’on ne correspond pas à certains codes de « virilité » d’un groupe, parce que l’on est trop timide ou trop bien élevé. Cela n’en reste pas moins de l’homophobie et de l’ignorance. Il ne s’agit évidemment pas de tenter de connaître l’orientation sexuelle du joueur, mais simplement de s’interroger sur ces rumeurs de plus en plus pesantes qui pointent du doigt des propos ou des comportements homophobes venant de certains de ses co-équipiers, deux ou trois d’entre eux en particulier.

2010: ANNÉE DE LA LUTTE CONTRE L’HOMOPHOBIE DANS LE SPORT
Est-il nécessaire d’ajouter que l’homophobie est un délit qui grangrène particulièrement ce sport? Pourtant, les initiatives pour y remédier n’ont pas manqué ces derniers temps.

En décembre dernier, Rama Yade recevait SOS homophobie, Paris Foot Gay et l’Inter-LGBT avec la ferme intention de lutter contre l’homophobie dans le football. Suite à l’affaire Créteil Bébel et aux dérapages verbaux de Louis Nicollin et de Thierry Roland, la secrétaire d’État chargée des sports s’emparait enfin de ce dossier sensible. Quelques semaines plus tard, une cellule destinée à lutter contre les violences dans les stades et aux discriminations était mise en place au sein même du ministère des Sports.

En janvier 2010, l’UEFA et la Ligue de football professionnel se mobilisaient à leur tour sur cette question. La FFF s’était également engagée dans ce sens en proposant l’intégration de la lutte contre l’homophobie dans son barème disciplinaire, mettant en place un travail d’éducation et de sensibilisation et en signant la Charte contre l’homophobie proposée par le ministère.

L’année 2010 devait être l’année de la lutte contre l’homophobie dans le sport, d’une façon générale. La voilà désormais entachée par ces soupçons.

S’il est avéré qu’un ou plusieurs joueurs ait été victime d’homophobie, les joueurs responsables seront-ils sanctionnés? Auront-ils encore leur place en équipe de France?

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!