L’agression a eu lieu dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, tandis que Camille et Tania (les prénoms ont été modifiés) rentraient chez elles à vélo, raconte la Lesbian & Gay Pride Montpellier Languedoc-Roussillon dans un communiqué. Une voiture s’est engagée à contre-sens dans la rue, a dépassé les jeunes femmes puis fait marche arrière pour revenir à leur hauteur. Après être sorti de la voiture (de même que sa passagère), le conducteur a demandé aux jeunes femmes « laquelle fait l’homme? ». Il a ensuite violemment agressé Camille, tandis que la passagère frappait Tania qui avait tenté de s’interposer. L’homme a ensuite sorti une barre de fer du coffre de sa voiture pour poursuivre le passage à tabac.

LA FOULE A REJOINT LES AGRESSEURS
« Les cris et bruits engendrés par cette agression attirent l’attention de bon nombre de personnes, indique le communiqué. En effet, une dizaine d’hommes et femmes environ se réunissent autour de la scène. Tania et Camille pensent trouver leur salut mais aucune personne présente n’intervient pour protéger les victimes. Au contraire… le cauchemar se poursuit et l’impensable se produit! Les deux jeunes femmes se retrouvent à faire face à une pluie de coups dont elles se protègeront en se recroquevillant sur la chaussée. La confusion est telle que Tania et Camille font état d’environ dix personnes présentes dans ce groupe mais ne peuvent avec certitude savoir combien d’entre elles ont participé à ce passage à tabac collectif. Les deux agresseurs du véhicule profitent de ce rassemblement pour prendre la fuite ».

L’agression s’est apparemment arrêtée aussi vite qu’elle avait commencé, et Tania a pu prévenir les forces de l’ordre et la Lesbian & Gay Pride Montpellier Languedoc-Roussillon, qui accompagne les victimes à l’hôpital. Camille en ressort avec 7 jours d’interruption temporaire de travail (ITT). Tania, dont les urgentistes ont estimé qu’elle n’avait pas besoin d’une ITT, a depuis été arrêtée deux jours par son médecin traitant.

Les deux femmes ont porté plainte pour agression à caractère homophobe, la LGP, qui se portera partie civile, également.

APPEL À TÉMOINS
« À ce jour, aucun des auteurs n’a été identifié ni interpelé. Le type de véhicule et les numéros de la plaque d’immatriculation du véhicule des premiers agresseurs ont été relevés. Aucune des personnes présentes et/ou ayant participé à cette violence collective n’a pu être identifiée et encore moins interpelée. (…) Nous lançons un appel à toute-s personne-s ayant assisté à cette barbare agression de bien vouloir se manifester auprès des services de police ou de l’association, » souligne la LGP Montpellier, qui demande au procureur de la République d’accorder « un intérêt particulier au traitement de la plainte déposée par les victimes et que tous les moyens soient mis en œuvre pour permettre l’interpellation des auteurs de ce « crime » nauséabond, crapuleux et inacceptable dans notre société ».

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Affichez votre poster et faites votre pub sur le mur de Yagg!