John Sheehan, l’ex-général américain qui accusait l’armée néerlandaise d’avoir échoué à Srebrenica en 1995 à cause des soldats gays qui composaient les régiments de cette dernière, a prononcé lundi dernier des excuses publiques.

Le 18 mars, cet ancien commandant des forces de l’Otan avait lié l’incapacité des casques bleus néerlandais à empêcher le massacre de Srebrenica, qui a fait plus de 8000 morts, à la présence d’homosexuels dans leurs rangs (lire notre article).

Cette déclaration était censée justifier le fait qu’il ne fallait pas autoriser l’abrogation de la loi militaire américaine « Don’t Ask, Don’t Tell » (DADT) et ainsi autoriser les gays à servir ouvertement, pour ne pas « affaiblir l’armée » US.

MAUVAISE INTERPRÉTATION
« Je suis désolé que mes récentes évocations publiques de souvenirs de nos conversations, il y a 15 ans, aient reflété de façon inappropriée vos pensées », s’est excusé John Sheehan dans une lettre adressée le 29 mars à Henk van Breemen, ancien chef d’état-major de l’armée de terre néerlandaise, « pour être clair, l’échec à Srebrenica n’était d’aucune manière la faute de soldats individuels ».

Pink Army, l’association néerlandaise de défense des droits LGBT, qui souhaitait poursuivre John Sheehan à la suite de sa déclaration du 18 mars, a salué les excuses de l’ex-général américain et annoncé dans un communiqué qu’une procédure en justice « était désormais inutile ».

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Jouez avec Yagg et gagnez une croisière de rêve! Cliquez ici.