Lundi 29 et mardi 30 mars se réunissait le Conseil de Paris. Pendant la deuxième journée, se sont tenus l’examen et les débats au sujet d’un vœu déposé par les Verts: une demande au Préfet de Police de permettre à l’avenir que des rassemblements et manifestations puissent se tenir dans la sécurité des participants sur le parvis Notre-Dame.

KISS-IN DU 14 FÉVRIER
Une demande qui fait évidement suite aux événements violents qui se sont déroulés le 14 février en marge du dernier kiss-in contre l’homophobie, initialement prévu sur cette place, où des catholiques extrémistes ont proféré des insultes homophobes et ont agressé physiquement les participants avec une violence inouïe (lire notre article).

ENCADREMENT POLICIER DIFFICILE
« Le représentant du Préfet a contesté avoir voulu interdire le rassemblement sur ce parvis, disant que les organisateurs avaient convenu d’eux-mêmes que la place Saint-Michel, à 150 mètres de là, de l’autre côté de la Seine, serait plus appropriée », raconte pour Yagg un membre de l’équipe municipale présent lors du Conseil, « il a ensuite dit que le « calibrage » quant à l’affluence prévisible de manifestations de type « flash mob » rendait difficile son encadrement policier, même si selon lui pas moins de 164 agents étaient postés sur place ce jour-là ».

« Il a déploré qu’une petite fraction des manifestants, refusant le mot d’ordre des organisateurs, ait choisi d’aller sur le parvis Notre-Dame, concluant sur le fait que « quatre agresseurs manifestement extrêmes » ont été interpellés suite à leurs comportements. Une interpellation à laquelle il a répondu par une fin de non-recevoir jugeant en somme que tout s’était bien passé… ».

« ANTI-CLÉRICALISME PRIMAIRE »
« Suite à quoi, Philippe Goujon, président de la fédération UMP de Paris et député-maire du 15e arrondissement, a cru bon de dénoncer « l’anti-cléricalisme primaire » de la gauche parisienne et a considéré que la Préfecture de Police avait été « pleinement dans son rôle » en refusant cette manifestation sur cette place » », poursuit le membre de l’équipe municipale, témoin de ces échanges.

Une version qui contredit donc celle évoquée quelques minutes plus tôt par le représentant du Préfet et qui ne reconnaît donc pas non plus cette place Jean-Paul II comme un espace public, ouvert à tous.

Le membre de l’équipe municipale ajoute que Philippe Goujon s’est également indigné du fait que ce rassemblement aurait coïncidé avec sa « sortie de la messe » et a solennellement critiqué « les attaques contre la religion catholique et son chef dans l’assemblée parisienne et au-delà ».

Et de conclure: « Aucun élu de droite n’a voté pour ce vœu, la plupart votant contre, d’autres désertant l’assemblée ou s’abstenant le nez fixé sur leurs souliers… Tous les groupes d’élus de gauche (PS, PC, Verts), l’exécutif municipal dont l’adjoint au maire de Paris chargé de la sécurité, ont voté pour ce vœu, qui a bien sûr été adopté ».

La vidéo et le compte-rendu de cette deuxième journée du Conseil de Paris sont en ligne sur le site de la ville. Les événements relatés plus haut se sont déroulés entre 13h18 et 13h26 (soit à partir de 4h17, sur la vidéo).

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Jouez avec Yagg et gagnez une croisière de rêve! Cliquez ici.