Pour les sociologues queer, qualifier les hijras, communauté trans’ de l’Inde et du Pakistan, de « transgenres » c’est être néo-colonialiste. Pourtant, en Inde, beaucoup de hijras parlent l’anglais et se qualifient elles-mêmes de « transgenders ». C’est cette population qui est la matière centrale de Hijras Diaries, essai radiophonique de Floy Krouchi, diffusé sur France Culture, ce dimanche, à 23h.

Musicienne et compositrice, Floy avait déjà rencontré et vécu avec les hijras de Bangalore quand en 2009 elle a été lauréate de la Villa Médicis hors les murs pour un séjour de création en Inde du Sud. Elle a retrouvé ses amies, dans les diverses « familles » d’hijras, puisque c’est ainsi qu’elles se constituent, à un moment de leur histoire où le système « ancien millénaire » va passer au système « mondialisé ».

Avec l’arrivée des Britanniques, les hijras avaient perdu leur statut élevé. Aujourd’hui, leur choix réside entre la mendicité ou la prostitution. Les discriminations se sont accrues: aujourd’hui, violences, brutalités, viols, meurtres sont quotidiens. Sur le modèle des intouchables, les hijras se battent pour obtenir un meilleur statut. Et c’est de ce combat que Floy Krouchi se fait l’écho.

UN OPÉRA SONORE
« L’atelier » de Floy Krouchi n’est pas un documentaire, mais un opéra de sons, de témoignages, de rires, de claquements de mains (une spécialité des hijras). Elle a fait écrire ses amies sur leur vie, leurs aspirations, elles lisent au micro ces textes. La matière sonore s’organise autour de l’enchevêtrement des voix, comme les piliers d’un temple hindou.

Floy a tenu a ce que des femmes de la communauté trans’ parisienne doublent en français les récits de ses amies dans plusieurs des langues indiennes qu’elles pratiquent. Malgré la distance, on sent dans les voix françaises la complicité avec ces récits, si loin, si près, d’enfants différents chassés de leur famille, d’hijras battues et violées… D’autres voix, enregistrées pendant les cérémonies de baptême, restituent les chants souvent très anciens censés porter chance à l’enfant qui vient de naître, témoignent de leur joie de vivre. Et les percussions percutent, avec les bruits des motocyclettes, pour nous emmener peu à peu dans un autre monde…

L’émission sera disponible en podcast ici.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Jouez avec Yagg et gagnez une croisière de rêve! Cliquez ici.