httpv://www.youtube.com/watch?v=wauyHFqW0d8
Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez ici.

C’est une troublante vidéo qui a fait surface il y a quelques jours sur Youtube. Il s’agit d’une interview de 1967, menée par un certain Irv Kupcinet. Ce dernier interroge une Judy Garland visiblement épuisée (deux ans plus tard, elle mourait d’une overdose de médicaments) sur un article de Time Magazine évoquant son public gay.

La chanteuse a alors cette réponse étonnante (vers 3’25): « Je trouve que c’est une chose absolument ridicule. Parce que dans mes publics, il y a des petits enfants, qui viennent après avoir vu Le Magicien d’Oz. Il y a beaucoup d’adolescents, des gens de mon âge. La personne qui m’a interrogée est clairement très chagrinée que mes shows [au Palace] soient un tel succès. Elle a également ses propres problèmes à gérer. Elle parle des homosexuels alors qu’elle est… une copine. [rires] (…) Depuis des années, on m’a souvent mal citée et souvent maltraitée, ça ne me gêne pas. Mais que le diable m’emporte si je laisse mon public être maltraité.  »

L’AVIS DES PSYS
La chanteuse considère-t-elle que qualifier son public d’homosexuel, c’est le « maltraiter »? Littéralement, c’est ce que l’on pourrait comprendre. Toutefois, à lire l’article auquel l’intervieweur fait référence, les choses semblent moins évidentes. Le Time s’interroge en effet sur la présence de nombreux gays dans le public et, pour expliquer le phénomène, cite deux psychiatres, dont celle-ci: « Le Dr Leah Schaefer, de Manhattan, prétend que les homosexuels gravitent autour de la superstar parce que « Ce sont des gens qu’ils peuvent idolâtrer et idéaliser sans pour autant en devenir trop proches. Dans le cas de Judy », elle ajoute « L’attraction peut être considérablement renforcée par le fait qu’elle a a survécu à tant de problèmes; les homosexuels s’identifient à ce genre d’hystérie ». »

Le papier est clairement insultant pour elle, qualifiée d’hystérique, et pour ses fans gays, accusés de s’identifier à « ce genre d’hystérie ». Par conséquent, lorsque Judy pointe du fait que l’auteure est une « copine », l’oute-t-elle par pure méchanceté ou au contraire pointe-t-elle son hypocrisie? Et lorsqu’elle défend son public, le défend-elle parce qu’on lui reproche d’être composé d’homosexuels ou parce que ces homosexuels sont violemment attaqués? Sur Youtube, le débat fait rage.

D’autant qu’on lui a attribué une autre citation ambigüe. Interrogée en conférence de presse sur son public gay, elle aurait répondu « Cela ne m’intéresse pas le moins du monde. Je chante pour les gens ».

« INCLURE LES GAYS DANS LE SPECTRE DE SES FANS »
Pour l’un de ceux qui ont publié la vidéo, cela ne fait pas de doute: la chanteuse défend au contraire son public gay. « Judy a élargi sa réponse à tout son public, nous écrit-il, par mail. Pas pour exclure les gays mais pour les inclure dans le spectre de ses fans. Judy s’assure aussi que son public sache qu’elle est souvent maltraitée dans les médias. Pourquoi? Parce qu’elle voulait être sûre que tout le monde comprenne – elle n’était pas d’accord avec ce qui était écrit – sans avoir à dire « je ne suis pas d’accord ». Après tout, c’était en 1967. »

Elle ne serait pas la première icône gay à se voir reprocher des propos homophobes. Donna Summer a été poursuivie de nombreuses années pour avoir déclaré – ce qu’elle a toujours farouchement nié – que le sida était une punition divine pour les gays (à cause de leur mode de vie).

Malgré tout, son statut de plus grande icône gay américaine, son état de santé déplorable et le contexte social très homophobe de l’Amérique des années 60, plaident plutôt en la faveur de Judy Garland. Au pire, on pourra considérer cela comme une maladresse isolée.

Et puis souvenons-nous que lorsqu’elle chante, Judy met tout le monde d’accord.

httpv://www.youtube.com/watch?v=Cv_Ryrj6x4g
Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez ici.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Jouez avec Yagg et gagnez une croisière de rêve! Cliquez ici.