Pink Army, une association néerlandaise de défense des droits LGBT, a annoncé lundi vouloir poursuivre John Sheehan, un ancien général de l’armée américaine, « pour avoir lié l’incapacité des Casques bleus néerlandais à empêcher le massacre de Srebrenica à la présence d’homosexuels dans [ses] rangs ».

L’affaire a commencé le 18 mars dernier, lors de la deuxième étape des auditions en vue de l’abrogation de la loi militaire américaine DADT (« Don’t ask don’t tell »), qui interdit aux militaires gays ou lesbiennes de parler de leur homosexualité. Cette loi est actuellement remise en question, pour la première fois depuis sa mise en place en 1993, par un comité spécial qui interroge différents dirigeants militaires et politiciens sur le sujet lors d’auditions parlementaires.

POUR LUI, L’ARMÉE HOLLANDAISE À ÉCHOUÉ À CAUSE DE SOLDATS GAYS
Les opposants au retrait de cette loi ont fait témoigner ce 18 mars John Sheehan, ancien général américain à la retraite et ancien commandant des forces de l’Otan, en faveur du maintien de cette loi DADT. Sa thèse ce jour-là était que « la libéralisation de l’armée affaiblirait l’armée », et son argument principal était que l’armée hollandaise a échoué à mettre un terme au génocide pendant la guerre de Bosnie en juillet 1995, parce qu’elle était composée de soldats gays:

« Je fais référence au moment où les Hollandais devaient assurer la défense de Srebrenica contre les Serbes (…) le régiment était trop faible (…) et les Serbes sont entrés dans la ville, ont fait reculer les musulmans et les ont exécutés (…) ce qui a conduit au plus gros massacre en Europe depuis la seconde guerre mondiale », a t-il déclaré sous serment devant le Congrès américain. Voilà donc l’argument surréaliste proposé par ce général pour que les gays ne servent pas ouvertement dans l’armée US. Regardez ci-dessous son intervention diffusée lors de l’émission de Rachel Maddow sur MSNBC:

Pink Army, soutenue par COC (principale association néerlandaise de défense des droits LGBT) et par la fondation des gays dans l’armée, demande que John Sheehan soit traduit devant la Cour fédérale de Californie. « Nous demanderons à la justice que John Sheehan retire publiquement ce qu’il a dit et qu’il organise une conférence de presse pour le faire », a déclaré Peter Schouten, président de l’association, à l’AFP, « avec ses mensonges, il a fait du mal ».

Pink Army souhaite également que John Sheehan suive « un entraînement à la sensibilité, pour pouvoir comprendre les personnes qui ne sont pas comme lui ».

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Jouez avec Yagg et gagnez une croisière de rêve! Cliquez ici.