Un gay à la Cour de Louis XIV? Incroyable, mais vrai! À l’initiative de Patrick Devedjian, le département des Hauts-de-Seine a financé en janvier dernier une collection de DVD, intitulée « Un lieu, un destin », racontant la vie de 10 personnages célèbres. L’un de ces 10 documentaires est consacré à Monsieur, frère du Roi, dont la destinée apparaît, à l’époque, comme pour le moins singulière. « On peut le dire, Philippe d’Orléans, le frère cadet de Louis XIV, était une grande folle », affirme Jean-Louis Remilleux, journaliste et producteur de ces courts-métrages. Et c’est ainsi donc que pendant 52 minutes, on découvre, un peu stupéfait, la vie d’un homo à la Cour au XVIIe.

« DIEU M’A VOULU DIFFÉRENT DES AUTRES HOMMES »
N’occultant rien de la vie de Philippe d’Orléans, contrairement aux livres d’Histoire, le documentaire nous présente un homme aimant se travestir dès sa plus tendre enfance. Monsieur se maquille devant ses amants, s’extasie devant ses bijoux ou ses nombreux tableaux et affiche ouvertement sa liaison avec son boyfriend le Chevalier de Lorraine. Il ira même jusqu’à faire un semi coming-out sur son lit de mort: « Dieu m’a voulu différent des autres hommes ». Quant au Duc de Lorraine, il affirme haut et fort: « Je suis ce que je suis et je n’en ai pas honte ».

Pendant ce temps-là, à la Cour, les railleries vont bon train. On se moque de sa vie « débridée » et certains bruits de couloir affirment même que Saint Cloud, la propriété de Philippe d’Orléans, s’est transformée en véritable « Sodome et Gomorrhe ». Pour des questions de convenances, Monsieur est marié deux fois et, grâce au pouvoir de son chapelet qu’il utilisera dans le lit conjugal, il ira jusqu’à avoir six enfants!

LA COUR DE LOUIS XIV PAS SI HOMOPHOBE QU’ON LE CROIT?
N’oublions pas qu’à l’époque, les homos étaient quand même envoyés au bûcher… Bénéficiant de sa situation (être frère d’un Roi, ça aide…), Monsieur évita la potence. « Mais sa plus grande souffrance n’a pas été d’être gay, mais d’être tenu à l’écart de la vie publique pour ne pas faire d’ombre à son frère Louis XIV », affirme Jean-Louis Remilleux avant d’ajouter: « au fond, l’homosexualité était certainement plus fréquente qu’on ne le croit, même si Louis XIV avait la réputation d’être quelqu’un de très religieux et pudique ».

Une thèse relayée par une des femmes de Monsieur, la Princesse Palatine, qui dans l’une de ses 60000 lettres (!) affirme que la pratique du « vice italien » (la sodomie) était généralisée dans son château. Autant dire, pour reprendre les termes de l’historienne Evelyne Lever interviewée dans le documentaire, que Monsieur était un vrai « homosexuel pratiquant »…

Audacieux, finement réalisé, et bien servi par la prestation de Sinan Bertrand (Philipe d’Orléans), ce documentaire est d’une honnêteté implacable. D’autant plus surprenant que le département à l’initiative du projet est plus réputé pour ses idées conservatrices que son progressisme pour la cause gay…

Bientôt diffusés sur TV5, les 10 films peuvent aussi être regardés gratuitement sur le site culturel des Hauts-de-Seine.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Jouez avec Yagg et gagnez une croisière de rêve! Cliquez ici.