Les choix musicaux de l’équipe de Yagg, commentés ci-après. Si vous n’arrivez pas à écouter le player, cliquez ici.

Dominique Chaudey: Dream Baby Revisited, Alan Vega, Alex Chilton, Ben Vaughn.
J’ai mis du temps à retrouver pourquoi je gardais un souvenir ému de ce morceau. C’est la B.O. d’un des films préférés de Super Coupine: O Fantasma! Culottes et sacs poubelle mouillés.

Maxime Donzel: Skin Is, My, Andrew Bird.
Mais comment j’ai pu passer à côté de ce type pendant 10 ans? J’avais un morceau de lui perdu dans mon itoune, et depuis que je tire le fil sur Deezer, c’est une pelote de mélodies du bonheur sans fin.

Xavier Héraud: The Sun Died, Ray Charles.
Il est mort le soleil version Ray Charles. Parce que j’en ai entendu une version sublime en live la semaine dernière.

Christophe Martet: Blow Her Away, Blow Her To Hilo (Billy Budd), Benjamin Britten.
Un chœur d’hommes, extrait de ce somptueux opéra de Britten. À signaler sa reprise dans la magnifique mise en scène de Francesca Zambello, à Bastille, à partir du 24 avril.

Bertrand Mussard: Histoire éternelle, Disney’s Greatest Hits.
J’ai passé la journée de dimanche à regarder les dessins animés de Disney en amoureux. J’ai mis la version française, mais sachez que j’ai longtemps hesité avec la version Dion/Bryson, oscarisée en 1991.

Yannick Barbe: Sleep Deprivation, Simian Mobile Disco.
Dimanche, j’écoutais ça à fond en faisant du cardio au sport. J’avais des énormes frissons de plaisir. Pendant que mes copines cuvaient leur Under…

Judith Silberfeld: Everybody’s Somebody’s Fool, Connie Francis.
Je ne sais pas vraiment pourquoi j’aime cette chanson (qu’on a pu entendre notamment dans The L Word). Peut-être parce qu’elle est tellement ringarde qu’elle en devient cool…

Bénédicte Mathieu: Symphonie n°4, 3e mvt, Tchaïkovski.
Dans ce « scherzo », les cordes en pizzicato ont un dialogue amusé avec les instruments à vent. J’ai vu Solti avec le Symphonique de Chicago. Vingt ans après, l’émotion est toujours aussi intense.

Nizar Triki: If You Were A Woman (And I Was A Man), Bonnie Tyler.
Un semi-tube cheesy powerpop 80’s, ça fait du bien de temps en temps. Et en plus c’est « queer », tu comprends, l’homme, la femme, tout ça… et même que RuPaul en a fait une reprise mais je ne la trouve pas sur Deezer…

Audrey Banegas: Lullaby, The Cure.
Un morceau ultra sexy sur lequel j’ai vu Dita Von Teese s’effeuiller, en vrai!

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Jouez avec Yagg et gagnez une croisière de rêve! Cliquez ici.