Paquita_la_del_BarrioPaquita la del Barrio est une chanteuse populaire mexicaine d’ordinaire plutôt sympathique. Issue d’un milieu populaire, elle est née à Veracruz sous le nom de  Francisca Viveros Barradas et devint une célébrité lorsqu’elle décida de quitter Veracruz pour monter à Mexico en 1970. Ses récitals, qui présentent surtout des chansons féministes très agressives à l’encontre du machisme, sont très populaires au Mexique. Vous aurez compris qu’on a affaire à une forte personnalité! Son surnom de scène signifie: Paquita celle du faubourg.

Une personnalité qui s’exprime volontiers sur des sujets d’actualité… Lors d’une interview télévisée , la chanteuse mexicaine s’est virulement opposée au mariage des gays et des lesbiennes et au droit d’adoption, des possibilités que venait de leur offrir la ville de Mexico City. Et notamment à propos de l’adoption, elle a proféré des propos horribles: « Je préfère voir des enfants orphelins mourir que d’être confiés à un couple homosexuel »! (voir la vidéo ci-dessous, avec sous-titres en anglais). Si on suit bien le propos de la chanteuse, on peut, à la grosse louche, imaginer qu’elle confond homosexualité et pédophilie.

httpv://www.youtube.com/watch?v=WBW4eA8_Ngc&feature=player_embedded
Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez ici.

Faut-il préciser que ces propos ont soulevé un tollé, et pas seulement auprès de la communauté lesbigay mexicaine? Et qu’on peut supposer que les imprésarios de Paquita lui ont intelligemment conseillé de faire volte-face? Le public de Paquita n’est pas seulement constitué de femmes déçues délaissées par leur machos de maris, mais aussi comme on peut le supposer de gays (il suffit de voir l’engouement des gays européens pour Dalida pour comprendre le phénomène).

Eh bien, rendons hommage à qui sait avouer ses erreurs publiquement. Paquita a présenté ses excuses aux gays et aux lesbiennes de son pays et a mis ses propos sur le compte de ses origines populaires: dans le milieu dont elle est issue, on n’a pas vraiment idée de tout cela et on pèche par ignorance. Elle a d’autre part souligné que la plupart de ses amis sont gays.

Pour se faire pardonner, elle donne un concert gratuit au Spartacus, une boîte gay de Ciudad Nezahualcoyotl, dans la  banlieue de Mexico City, dont le patron est ami de Paquita. Olé!

Allez, nous lui pardonnons aussi et célébrons cette métamorphose intellectuelle par deux chansons féministes!

httpv://www.youtube.com/watch?v=ehR2T-aKZBI&feature=player_embedded
Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez ici.

La seconde chanson raconte l’histoire d’une femme qui a été trompée par son mari et qui pour se venger le trompe à son tour par trois fois (tres veces te engané), la première par courage, la deuxième par caprice, et la troisième par plaisir, et puis elle décide de le laisser à ses turpitudes et de ne plus le revoir.
httpv://www.youtube.com/watch?v=ru8Q60JXn54&feature=player_embedded
Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez ici.

Luc Lebelge

Photo Gabriel Saldana

En partenariat avec Gay Kosmopol