Encore des mots doux pour Yagg et ses yaggeurs et yaggeuses, quel bonheur! Aujourd’hui, un post de Firefox.

A little bit me, a little bit Yagg, par Firefox
Un soir de novembre 2008, attendant la distribution des sujets de colle de biophysique dans l’amphithéâtre, j’écoutais avec attention le podcast de l’émission Maman a tort. Madame Monsieur et Yannick Barbe y parlaient d’un site dont je notais le nom sur un coin de feuille, me promettant d’y faire un tour dès le lendemain. Yagg. Ça sonne bien.

Je connais assez peu la communauté. Ce n’est que récemment que je franchis le pas de l’inscription, me contentant jusqu’alors d’une visite quotidienne et anonyme côté actualités. Pourtant, le site m’avait enthousiasmée à ses débuts: un contenu original, une revue du web tournée vers l’étranger, des sujets variés. J’y retrouvais même l’humour camp de Maxime Donzel que je croyais perdu à jamais avec l’arrêt de Pédérama et mon entrée dans l’âge adulte. Ouf, mon insouciance adolescente avait encore de beaux jours devant elle.

Quand, au printemps dernier, deux vidéos me convièrent sur la communauté, je ne m’interrogeai pas vraiment sur l’opportunité de créer un profil. J’avais été longtemps réticente à Facebook, et je ne voyais pas l’intérêt du réseau social. Et puis, la biologie cellulaire et la biochimie comblaient largement mon emploi du temps, même si je m’autorisais quelques minutes de pause de ci de là, voire quelques heures avec cette fille qui m’apaisait. Un concours raté et un changement d’amphithéâtre plus tard, l’envie devint pressante de m’inscrire lorsque, lisant divers posts et questionnaires de yaggeurs côté actualités, je voyais poindre une communauté ouverte et créative.

C’est un soir de janvier que je remplis le formulaire d’inscription et découvre la face B. Je suis séduite. D’abord par les groupes, dont la cig-arrête, pour lequel ma relation fusionnelle avec la nicotine ne pouvait qu’éprouver une tendresse particulière. Ensuite par les divers posts, vidéos, forums. And last but not least, l’activité des yaggeurs sur le mur. Timide et un peu perdue, j’écris un premier post, on m’accueille à bras ouverts. Chouette. C’était il y a deux mois, je ne me lasse pas d’écouter cette face B.

Joyeux anniversaire à la communauté donc, et si je ne sais pas trop ce que Nadine de Rothschild offrirait comme cadeau en telle occasion, je lui souhaite en tout cas de grandir, de voir plein de nouvelles contributions s’ajouter aux anciennes, des petits bouts de yaggeurs sur fond blanc enrichir d’autres petits bouts de yaggeurs. A little bit me, a little bit Yagg.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Jouez avec Yagg et gagnez une croisière de rêve! Cliquez ici.