Les hommes qui se prostituent avec d’autres hommes seraient-ils moins soucieux de prévention que ceux qui ne pratiquent pas l’amour tarifé? Il semblerait que oui si on en croit l’une des conclusions d’une analyse qui sera présentée fin mars à Casablanca, dans le cadre de la 5e Conférence francophone VIH/sida.

Cette analyse est issue de l’enquête en ligne Net Gay Baromètre, menée par Alain Léobon, chargé de recherches au CNRS. De cette vaste recherche online (plus de 19000 questionnaires des internautes de neuf sites de rencontre gays analysés), Alain Léobon a déjà extrait de très nombreuses données, dont celles concernant les relations sexuelles monnayées et les comportements à risque. Parmi les répondants, moins de un sur 20 (4,2%) déclarent avoir reçu de l’argent, des biens ou des services en échange de relations sexuelles. Comparés aux autres répondants, ils sont significativement plus jeunes, plus souvent issus d’une minorité visible et déclarent plus souvent fréquenter le milieu gay, en particulier les lieux de sexe tels que les saunas. Nettement plus engagés dans la consommation de drogues, ils sont deux à trois fois plus nombreux à déclarer consommer de la cocaïne, du GHB ou du Crystal Meth.

PLUS DE 40 PARTENAIRES PAR AN
Plus souvent séropositifs (15,8% contre 11,5% pour les autres répondants), ces répondants sont aussi plus nombreux à ne plus être certains d’être séronégatifs (11,5% contre 6%). Ils rencontrent en moyenne plus de 40 partenaires dans l’année, et sont plus nombreux à déclarer au moins une relation anale non protégée avec des partenaires occasionnels (61,2% contre 37,5%) comme à s’engager dans des prises de risques régulières (36,8% contre 19,6%), voire systématiques (19,5 % contre 8,1 %). Plus fréquemment victimes d’injures et d’agressions, ils déclarent plus souvent des idées suicidaires, un sentiment de solitude, alors qu’ils recherchent des sensations fortes et aiment prendre des risques.

Pour les auteurs, ces répondants « s’exposent à des risques clairement identifiés par cette analyse ». Les auteurs soulignent la nécessité d' »études plus poussées sur le plan qualitatif », ce qui permettrait d’orienter l’intervention sur ces hommes aux besoins et intérêts spécifiques en matière de santé.

Les principaux résultats de l’enquête Net Baromètre Gay à lire ici.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Jouez avec Yagg et gagnez une croisière de rêve! Cliquez ici.