Durant la campagne Sexe, prévention et vidéos, nous vous avons proposé plusieurs sondages sur le thème de la prévention. Au lendemain de la diffusion de la huitième et dernière vidéo de la campagne, « Je fais le test », par LucMag (voir ici), il est temps de revenir sur les résultats de ces sondages.

LA PRÉVENTION CHEZ LES LESBIENNES, AUPRÈS DU MÉDECIN ET DANS LE COUPLE
Le premier sondage, intitulé « Utilisez-vous les outils de prévention? », portait sur la santé lesbienne. 13% des votantes ont déclaré ne jamais mettre de préservatif sur leurs sextoys, tandis que 27% n’utilisent pas de gants. Enfin, 31% n’utilisent pas de digue dentaire pendant leurs rapports. Seulement 9% des votantes utilisent systématiquement un préservatif avec leur sextoy.

Le deuxième avait pour titre « Parlez-vous de prévention avec votre médecin? ». 42% des répondants n’abordent jamais le sujet et 27% en parlent rarement. Seulement 27% s’y avisent parfois.

Enfin, le troisième sondage posait la question suivante: « Parlez-vous de prévention dans votre couple? ». Si 40% des répondants en parlent parfois, 18% seulement abordent souvent le sujet et 30% en parlent rarement. Il s’agit du sondage avec les résultats les plus positifs (plus de la moitié des répondants aborde parfois ou souvent la prévention dans leur couple).

DES RÉSULTATS INQUIÉTANTS
Force est de constater qu’aujourd’hui encore, parler de prévention et de sexualité est difficile. Prenons le cas du médecin: en tant qu’interlocuteur privilégié, il est le plus à même d’informer des risques que l’on encoure. Il ne faut pas hésiter à lui demander de prescrire des tests de dépistage pour les IST et à lui poser des questions, même celles qui semblent stupides.

Rassurons-nous toutefois, plus de 50% des répondants n’hésitent pas à parler de prévention dans l’intimité. Cela n’a somme toute rien d’étonnant, puisque le partenaire sexuel est la première personne concernée par la prise de risques et la prévention.

En ce qui concerne la santé lesbienne, la majorité des répondants n’utilise jamais de protection (digues dentaires, préservatifs et gants). Pourtant, comme le rappelait la vidéo réalisée par Tatiana Potard (voir ici), il ne faut pas oublier les risques de s’exposer aux IST telles que l’herpès, l’hépatite B, les chlamydiæ ou le papillomavirus.

Pour retrouver toutes les vidéos de la campagne, cliquez ici.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.