Après le viol d’une femme de 32 ans à Béziers, viol semble-t-il motivé par la révélation de son homosexualité (lire notre article), la Coordination lesbienne en France (CLF) et l’Inter-LGBT apportent, dans un communiqué commun, leur soutien à la victime et rappellent que « cet acte n’est pas isolé ».

« PATHOLOGIE SOCIALE »
« Chaque année, des lesbiennes sont agressées, insultées, molestées, par des hommes, jeunes pour la plupart, qui dans ces actes expriment tout à la fois leur perception de ce qu’est une femme, et leur perception de l’homosexualité, souligne le communiqué. Cette haine de la femme libre de ses choix et de son corps, libre des entraves mises en place par la domination masculine relève d’une pathologie sociale, où chacun s’efforce de ne pas voir que tout refus de voir mis en question les modèles archaïques de cette domination ne peut que produire, à terme, de tels crimes. »

« ÉDUCATION NON-SEXISTE MILITANTE »
« Il n’est que temps de combattre ces modèles, que temps d’agir avec détermination pour développer une éducation non-sexiste militante, que temps de refuser une bonne fois pour toutes que les femmes puissent être vues comme des objets sexuels au service des hommes, susceptibles d’être châtiées si elles ne se conforment pas à ce diktat, poursuivent les associations. La lutte contre les violences faites aux femmes passe par des mesures de police et de justice, elle passe aussi par des mesures éducatives, seules à même de modifier en profondeur les comportements. La CLF et l’Inter-LGBT en appellent aux pouvoirs publics pour qu’une politique volontariste soit menée dans cette direction. »

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.