Ian BrossatIan Brossat, président du Groupe communiste et élus du Parti de gauche au Conseil de Paris, s’est indigné aujourd’hui contre l’acte de vandalisme que le local du MAG, Mouvement d’Affirmation des jeunes gais, lesbiens, bi et trans’, dans le 11e arrondissement de Paris, a eu à subir ce week-end (lire notre article).

« De toute évidence, il s’agit d’un acte homophobe dirigé contre l’ensemble de la communauté LGBT de Paris, dans un climat où l’intolérance gagne du terrain. Face à ces phénomènes, le gouvernement est aux abonnés absents. Le refus de Luc Chatel de présenter Le Baiser de la Lune dans les établissements scolaires prouve, s’il le faut, que la droite reste les bras ballants lorsqu’il s’agit de lutter contre l’homophobie », a-t-il déclaré.

Il a également écrit aujourd’hui au préfet de police de Paris afin de lui demander « que toute la lumière soit faite sur cette affaire et que toutes les mesures soient mises en œuvre pour éviter que ce type d’actes ne se reproduisent », insistant particulièrement sur le contexte actuel de « recrudescence inquiétante » de violences homophobes.

[mise à jour, 10 mars, 16h20] Dans un communiqué, l’Inter-LGBT « tient à exprimer son soutien à l’association MAG qui a subi dans la nuit du 6 au 7 mars une effraction à caractère visiblement homophobe, accompagnée d’actes de vandalisme. Le MAG est, pour beaucoup de jeunes LGBT, un refuge qui leur permet d’être eux-même, le saccage de cet espace de liberté peut donc être vécu comme un vrai traumatisme. Ces actes doivent absolument être connus du grand public, qui minimise très souvent les discriminations vécues par les personnes LGBT et par les associations qui les soutiennent ».

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.