Louis Nicollin n’insulte pas juste les gays, il se lâche aussi assez régulièrement sur les femmes, ce qui lui vaut aujourd’hui d’être élu « macho de l’année » par les Chiennes de garde. Il succède au cardinal-archevêque de Paris, André Vingt-Trois.

« ON EST DES HOMMES, PAS DES GONZESSES »
C’est pour la phrase « On peut se parler, se dire les choses. On est des hommes, pas des gonzesses » que cet honneur est décerné au président du club de football de Montpellier, phrase prononcée au sujet de l’affaire Benoit Pedretti (lire notre article). Homophobie et misogynie sont décidément inéluctablement liées…

« AFFIRMER SA VIRILITÉ? »
« Certains parleront de simple gauloiserie, ce qui est faire injure aux Gaulois dont rien ne prouve qu’ils ne respectaient pas l’éthique sportive, écrivent les Chiennes de garde dans un communiqué. D’autres diront que ce monsieur est un Méridional, ce qui est une insulte aux millions de gens du Midi qui ne se reconnaissent pas dans une telle incontinence verbale. Or, il s’agit bel et bien de machisme. Ce dont il semble tirer une certaine fierté, bien que le machisme soit ringard et irrespectueux. D’ailleurs, proférer des propos homophobes et sexistes semble être la seule manière pour lui d’affirmer sa virilité. Les Chiennes de garde s’interrogent: pourquoi éprouve-t-il le besoin de déclarer aussi souvent qu’il n’est ni une femme ni un homosexuel? Cela l’aide-t-il à affirmer sa virilité? ».

Les dauphins de Louis Nicollin sont Alain Destrem, conseiller d’arrondissement de Paris UMP, pour « La photo de Ségolène Royal en boubou me fait penser à ma femme de ménage » et Jean Lassalle, député MoDem, pour « Mon cochon préféré, c’est une petite cochonne, c’est mon épouse ». Les Chiennes de garde assurent d’ailleurs Mme Lassalle de « toute leur sympathie ».

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.