Dans Le Grand Écart ou tous les garçons s’appellent Ali, Patrick Cardon publie des récits, des notes, parfois des articles, qui s’échelonnent de 1977 à 2004. Comme il est écrit en préambule: « Vingt-sept ans de pérégrinations de 25 à 52 ans. Une vie. Plusieurs vies. »

UN ROMAN ÉCLATÉ
Le Grand Écart
est un roman éclaté, plusieurs lieux, des rencontres, des prénoms (Brahim, Cyrille, Mohamed) s’y entrechoquent. Certains de ces textes avaient déjà paru dans Gai Pied et leur auteur reconnaît aujourd’hui que le trait est parfois un peu caricatural.

On connaît Patrick Cardon pour avoir lancé en 1989 les éditions Question de genre GayKitschCamp, rééditant des ouvrages disparus traitant de l’homosexualité depuis les temps les plus anciens. Il est aussi le premier, qui, en 1979, avec une bande de copains, s’invite dans la campagne pour les municipales à Aix-en-Provence, en lançant la première liste ouvertement homosexuelle. Il a également dirigé pendant près de 12 ans le Festival de films Question de Genre à Lille avant de migrer à Montpellier, puis de revenir récemment sur Paris.

Pour l’interviewer, nous avons fait le choix de mots-clefs piochés dans son livre: cinéma, sexe, érotisme, le Maroc, les chanteuses de variété. Patrick s’est brillamment prêté au jeu:

httpv://www.youtube.com/watch?v=YL93poGmg7w

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez ici.

Le Grand Écart ou tous les garçons s’appellent Ali, de Patrick Cardon, éditions Orizons, 168 p., 15,50€.

[Mise à jour, le 4mars, 10h17] Patrick Cardon présentera son livre au Centre LGBT Paris Ile-de-France, le samedi 13 mars, à 16 heures.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.