Tarlouze, salé pédé, enculé… Quand homosexualité et football ne font pas bon ménage, les insultes pleuvent dans les stades français. Quand ne s’affichent pas les banderoles à caractère homophobe, ce sont les entraîneurs, parfois même les commentateurs, qui multiplient les déclarations outrageantes. Bien sûr vient ensuite le temps des indignations. Bien sûr les voix s’élèvent pour dénoncer ce mal qui ronge les terrains. Bien sûr le joueur de foot Yoann Lemaire prend son courage à deux mains et révèle son homosexualité pour ouvrir les esprits. Mais… Les lignes semblent ne pas bouger pour autant. Yoann Lemaire a dû abandonner sa passion, le Créteil Bébel refuse de jouer contre le Paris Foot Gay, la Fédération française de football (FFF) ne bronche pas ou si peu, et Thierry Roland déclare: « Des homos dans le foot? Ce serait spécial » (lire notre article).

Mais après tout, l’homophobie dans le foot sévit-elle en France plus qu’ailleurs? À en juger par les politiques anti-discriminations de nos voisins anglais, la France a tout d’un mauvais élève…

DAVID BECKHAM « HONORÉ D’ÊTRE UNE ICÔNE GAY »
20080426_Justin_Fashanu_GayPourtant le chemin semblait long à parcourir. Après le hooliganisme, la Fédération anglaise (Football Association) a dû s’attaquer aux ravages de l’homophobie dans les stades. Et le suicide en 1998 de Justin Fashanu, seul joueur de foot outre-Manche à avoir révélé son homosexualité, en a certainement représenté le premier électrochoc. Aujourd’hui, David Beckham se déclare « honoré d’être une icône gay » et l’Angleterre abrite la plus grande ligue LGBT du monde… Alors que font les Britanniques pour lutter contre l’homophobie? Même si l’on ne peut pas parler de recette miracle, car l’homophobie « est toujours répandue en Grande-Bretagne » comme l’affirme Danny Lynch de l’association Kick It Out, les incidents semblent moins fréquents.

LA FÉDÉRATION ANGLAISE S’ENGAGE OUVERTEMENT À LUTTER CONTRE L’HOMOPHOBIE
Alors que la Fédération française refuse de signer la charte contre l’homophobie, la Fédération anglaise, elle, a déjà adopté, en coopération avec tous les clubs anglais, un règlement visant à lutter contre cette discrimination. « Nous avons deux engagements. Le premier: que le foot ouvre ses portes aux homosexuels. Le deuxième: que nous combattions l’homophobie chez les spectateurs, les entraîneurs, les manageurs et les joueurs », affirme Funke Awoderu, chargée de la question de l’égalité à la fédération anglaise avant d’ajouter: « L’orientation sexuelle ne doit en aucun cas empêcher une personne de prendre part à la joie du football ».