C’est la polémique de ces dernières 24 heures, (re)lancée par le journaliste et blogueur Bruno Roger-Petit sur LePost.fr. En décembre dernier, lors de la remise de la Légion d’honneur à Dominique Farrugia, Nicolas Sarkozy avait, d’après Le Parisien, sérieusement tancé Marc-Olivier Fogiel, reprochant à l’animateur d’Europe 1 une question posée à Carla Bruni-Sarkozy, à savoir si cette dernière aurait épousé le Président s’il n’avait pas embrassé la fonction suprême. « Je m’en souviendrai! », aurait même dit le chef de l’État à Marc-Olivier Fogiel, celui-ci ayant juste rétorqué que sa question était peut-être maladroite mais légitime.


La question de Fogiel à Carla Bruni qui a excédé Sarkozy
envoyé par TELEOBS. – L’info internationale vidéo.
Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo, cliquez ici.

On note par ailleurs que la question de Marc-Olivier Fogiel ne dit pas « Auriez-vous épousé… » mais « Seriez-vous aussi amoureuse si Nicolas Sarkozy n’était pas Président ? ». Nuance.

« SI JE N’ÉTAIS PAS PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, JE T’AURAIS DÉMONTÉ LA GUEULE! »
Or, l’affaire du clash monte d’un cran aujourd’hui. En effet, dans un post publié ce vendredi et déjà lu près de 500000 fois (!), Bruno Roger-Petit, sur la foi de témoins ayant assisté à la fameuse scène, affirme que les propos du Président étaient beaucoup plus violents. « Si je n’étais pas président de la République, je t’aurais démonté la gueule! », aurait lancé Nicolas Sarkozy à Marc-Olivier Fogiel, « livide, cadavérique, zombifié, au milieu d’une petite bande de sept ou huit personnes qui ont tout vu, tout entendu et qui sont assaillies aussitôt par les uns et les autres, témoins plus éloignés de l’affaire, qui ont perçu dans le brouhaha de la salle des fêtes qu’il se passait quelque chose et viennent aux renseignements ». La presse n’aurait alors rapporté qu’une version soft de l’incident.

MARC-OLIVIER FOGIEL DÉMENT
Le rédaction du Post fait savoir que l’Élysée n’a pas officiellement réagi à cette nouvelle version des faits. Quant à Marc-Olivier Fogiel, il dément formellement sur le site des Inrockuptibles: « Je comprends pourquoi Bruno-Roger Petit ne présente plus le journal de 20 heures, vraiment. Rien de ce qu’il dit ne s’est passé. Je n’ai pas demandé à être pris avec Sarkozy en photo, et il n’y a eu aucune altercation entre nous. Le Président m’a simplement dit qu’il n’avait pas apprécié la question que j’avais posée à Carla Bruni, et je lui ai répondu que je trouvais ça légitime ». Une réponse bien étrange: « aucune altercation entre nous ». Ben si… Et à aucun moment un signe de protestation devant cette intrusion présidentielle dans son boulot de journaliste. Mais ça…

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.