S’évanouir d’épuisement et de déshydratation la veille n’a pas empêché Lady Gaga de répondre à l’invitation d’Oprah Winfrey il y a quelques jours.

Le show démarre très fort quand Oprah fait un parallèle entre Gaga et James Cameron. La chanteuse, visiblement fatiguée mais motivée, raconte alors qu’elle songe depuis longtemps à se peindre en bleu pour un spectacle, que son entourage lui répond sans cesse que non, ce n’est pas possible, tu es folle, et hop! Avatar sort: « Je vous l’avais dit! ».

TOUTES SES TENUES ONT UN SENS
Oprah enchaîne sur l’origine de son pseudo (un surnom que lui ont donné ses amis new-yorkais, inspiré de la chanson Radio Gaga de Queen, et qui la rassure) puis sa première performance où son père la prise pour une folle parce qu’elle portait un string léopard et une coiffe indienne. Gaga explique alors que toutes ses tenues ont un sens: celle qu’elle portait aux MTV Video Music Awards faisait référence à la mort de Lady Di, martyre de la célébrité, la robe pleine de kermits était un rejet de la fourrure, la robe rouge qu’elle portait lors de sa rencontre avec la reine d’Angleterre était un hommage à cette dernière, mais en latex…

« Pour moi, faire de la provocation, ce n’est pas juste pour attirer l’attention, souligne Gaga, c’est une façon de dire quelque chose qui touche réellement les gens, de façon positive. Cette histoire de « fame » [célébrité, ndlr], de « fame monster », c’est une façon de rendre plus digeste cet horrible monde médiatique dans lequel nous vivons. »

httpv://www.youtube.com/watch?v=RX71atL_3w0
Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez ici.

t-shirt Lady Gaga pour HaitiUN T-SHIRT COLLECTOR AU PROFIT DES VICTIMES EN HAÏTI
Dans la deuxième partie de l’émission, Gaga se souvient du 11-septembre à la lumière du séisme en Haïti. Les bénéfices du concert du 24 janvier à New York seront reversés pour Haïti, de même que tout l’argent que rapporteront les ventes de produits dérivés ce jour-là, au concert ou sur son site. La star vient d’ailleurs de sortir un t-shirt collector vendu au profit des victimes (ci-contre).