Vue de France, l’Afrique du Sud a cette image gay-friendly qui colle depuis que sa Constitution interdit toute discrimination fondée sur l’orientation sexuelle (1996) et qu’elle a ouvert le mariage aux couples de même sexe (2006).

Et ce, malgré les témoignages de lesbiennes victimes de viols correctifs (pour les ramener vers l’hétérosexualité). Et bien qu’elle ait toujours refusé l’énoncé conjoint sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre présenté aux Nations Unies en décembre 2008 (lire nos articles ici et ici).

Article Jon Qwelane« HOMOPHOBE ASSUMÉ ET IMPÉNITENT »
La goutte d’eau qui fait déborder le vase sera peut-être la nomination annoncée d’un homophobe au poste d’ambassadeur en Ouganda. Le journaliste Jon Qwelane, un habitué des déclarations anti-gay, est poursuivi devant l’Equality Court pour un article homophobe dans le Sunday Sun (ci-contre), rappelle l’association SA GLAAD dans un communiqué. « Cette nomination par le Président est d’extrêmement mauvais goût, et une gifle aux Sud-Africain-e-s et aux Ougandai-se-s gays, lesbiennes, bisexuel-le-s, trans’ et intersexes », écrit l’association. « Quel genre de message cela envoie-t-il au monde et à un pays comme l’Ouganda qui se déchire sur la question des droits humains des personnes LGBTQI quand l’Afrique du Sud nomme un homophobe assumé et impénitent (…) comme ambassadeur dans un autre pays? Le message est « Nous te soutenons, Ouganda, ainsi que ta politique discriminatoire! ».

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.