Le jeune yaggeur Jay DeLaChance raconte dans un post une discussion avec son médecin généraliste. « Le sida? C’est pas ce que je peux appeler une épidémie ». Édifiant.

« Si vous le dites docteur… », par Jay DeLaChance
Il y a quelques mois de ça, je suis allé chez mon médecin généraliste – ma doctoresse, comme je l’appelais quand j’étais petit – qui me suit – et suit ma famille – depuis mon enfance donc, quand j’habitais encore à Pau, petite ville certes, mais la « Vie rêvée des Villes » à en croire son sous-titre, dont la vie LGBT est peu présente mais existante, on y croise quelques bars et traditionnels saunas entre autres mais je ne les ai jamais fréquentés dans mon adolescence ni aujourd’hui d’ailleurs.

Ma docteur, elle, n’a aucune idée de mon homosexualité.

Maintenant, je vis à Bordeaux, mais en ce qui concerne les visites chez le médecin qui ne sont pas urgentes je préfère attendre de voir « ma » docteur préférée…  À voir.

Pour en revenir au sujet, lors de ma dernière visite pour une prescription de vaccin contre l’hépatite B (obligatoire à partir de la deuxième année de médecine), nous avons dialogué au sujet d’une certaine grippe, dans le contexte de la rentrée de septembre, ou le début de l’épidémie en France.

Jay DeLaChance: Alors docteur, vous en pensez quoi de cette grippe? (tout souriant et fier d’avoir trouvé un sujet de conversation pour occuper une brève auscultation).

Doctoresse: Oh! Tu sais il faut pas en avoir trop peur, c’est tout les ans la même chose…

JDLC: Ah oui? Qu’entendez-vous par là?

Doctoresse: Chaque année c’est une nouvelle psychose. Il y a deux ans c’était la grippe aviaire. Un peu avant c’était l’hépatite (l’expression sur mon visage commence à changer) et encore avant c’était le sida, mais bon, c’est plus pour nous faire peur qu’autre chose. (Et là, c’est le drame!) Tousse un peu s’il te plait.

JDLC: Hummmm hummmm! (J’en avais lourd sur le cœur). Ah bon vraiment, même le sida?, dis-je avec une voix chevrotante tant j’étais déconcerté.

Doctoresse: Oh oui tu sais, depuis que j’exerce ici j’ai eu peut-être trois hépatites et un séropositif, qui va très bien d’ailleurs. C’est pas ce que je peux appeler une épidémie.

JDLC: Si vous le dites, docteur.

Pour résumer, le sida, c’est pas grave, c’est pas une épidémie, l’hépatite B non plus c’est pas grave, et ils sont juste là pour nous faire peur. J’avais comme une envie de lui balancer un « Vous savez je suis gay et plutot concerné par le VIH, vos remarques sont scandaleuses et dangereuses! ».

Mais je ne l’ai pas fait, je suis parti sur un discret « Au revoir docteur, merci », et aujourd’hui ça ressort ici.

Je ne sais pas si je vais lui dire un jour ou tout simplement changer de médecin. En attendant, cette dangereuse criminelle court toujours les rues…

Retrouvez les posts des yaggeurs et des yaggeuses sur la communauté.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.