Forte des signatures d’une soixantaine de maires – Bertrand Delanoë, Martine Aubry, Dominique Voynet, Noël Mamère ou en encore Pierre Cohen – et de plus de 7000 particuliers à l’Appel de Montpellier lancé le 14 novembre (lire notre article), Hélène Mandroux, la maire (PS) de Montpellier, a écrit au Président de la République, Nicolas Sarkozy, pour lui demander une loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples homosexuels.

« POSITION AMBIGUË »
« Il y a dix ans, la France a ouvert la voie. Aujourd’hui, elle a pris du retard sur des pays comme l’Afrique du Sud, le Canada ou certains états américains ainsi que sur plusieurs pays européens qui n’ont pas hésité à ouvrir le mariage aux couples de même sexe », écrit Hélène Mandroux. « Lors de la campagne présidentielle, votre position sur le sujet était ambiguë. Vous vous déclariez alors « opposé au mariage homosexuel et à l’adoption d’enfants par des couples homosexuels ». Puis, vous ajoutiez: « Je suis parfaitement hostile à toute forme de discrimination. Les homosexuels ne doivent pas en subir ». Pour ma part, je pense que – comme l’a dit le président François Mitterrand en 1982 en défendant la loi sur la dépénalisation de l’homosexualité en France – « aucune discrimination ne doit être faite en raison de la nature des mœurs ». »

« COURAGE POLITIQUE »
Citant les exemples d’Annise Parker, élue maire de Houston, quatrième plus grande ville des États-Unis, et de Gareth Thomas qui a fait son coming-out dans le milieu supposé macho du rugby, Hélène Mandroux insiste sur le fait que la société évolue, « même dans les cercles réputés les plus fermés ». « L’Appel de Montpellier ne remet nullement en cause les valeurs de la famille, poursuit-elle. Au contraire, il élargit son socle et l’applique à la réalité plurielle de la famille dans la société d’aujourd’hui. Une proposition de loi pour le mariage homosexuel a été déposée en janvier 2008 par le député Patrick Bloche. Depuis, elle n’a jamais été inscrite à l’ordre du jour des travaux de l’Assemblée nationale. J’espère que les parlementaires ne tarderont pas à s’en saisir. En parallèle, je nourris l’espoir que l’actuel gouvernement sorte des schémas de pensée trop archaïques et fasse preuve de courage politique. »

« Je vous demande tout simplement, au-delà des clivages politiques, de prendre les dispositions qui s’imposent afin que nous puissions donner une suite inscrite dans la loi à l’Appel de Montpellier », conclut-elle.

Pour signer l’Appel de Montpellier, cliquez ici.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.