Les avocats de Steven Monjeza et Tiwonge Chimbalanga, les deux Malawites arrêtés pour une cérémonie symbolique de mariage fin décembre (lire notre article), exigent une révision de la loi interdisant l’homosexualité, rapporte Reuters.

Au Malawi, les relations homosexuelles masculines sont passibles de 14 ans de prison. Noel Supedi et Mauya Msuku, les avocats de la défense mandatés par le Centre for the Development of People (CEDEP), affirment que la loi qui criminalise l’homosexualité est contraire à la Constitution et ont donc saisi la Cour constitutionnelle. Le juge Nyakwawa Usiwausiwa, qui dirige le procès contre le couple, a reconnu la recevabilité de la demande mais a estimé que le procès devait se poursuivre, sans attendre la décision de la Cour constitutionnelle d’entendre ou non l’affaire.

TIWONGE CHIMBALANGA PEUT-IL ÊTRE VU COMME UNE FEMME?
L’une des questions posées lors de l’audience qui s’est tenue hier, lundi 11 janvier, est de savoir si Tiwonge Chimbalanga peut être vu comme une femme, souligne l’AFP. Tiwonge Chimbalanga vit en femme, et comme l’a expliqué un ecclésiastique de l’église protestante que fréquente le couple, qui les considère comme un couple marié: « J’avais des doutes mais qui suis-je pour juger s’il est une femme ou non? ».

Le procès doit durer encore cinq jours.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.